Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité départementale 


fontsizeup fontsizedown

Grève administrative et compte rendu de l’audience avec l’IA

jeudi 5 octobre 2017

Après le succès des 4 rassemblements et l’audience auprès de l’IA, il est nécessaire de s’engager dans la grève administrative et de nous faire remonter chaque motion du conseil des maîtres. Plus nous aurons de remontées, plus nous motiverons les écoles pas encore décidées.

120 personnes comptabilisées par les services de la police à Orléans, près d’une centaine à Montargis, une cinquantaine à Gien et une trentaine à Pithiviers.

Il y a longtemps que nous n’avions vu pareilles mobilisations en si peu de temps dans le Loiret.

Preuve en est que cette subite et violente disparition des contrats d’EVS "aide à la direction" est un sujet plus que brûlant dans notre département notamment.

Puisque nous étions reçu en audience ce jour, en voici le compte rendu ;

Compte rendu Audience IA/ EVS 26 09 2017 Recus par Mr Ballé, IA-DASEn et Mme Rouzic DASEN adjointe, la délégation était composée du SNUipp-FSU, SE-Unsa, SGEN-CFDT, FO (SUD Education excusée), de 2 directeurs, de 2 EVS, d’un parent d’élève FCPE et d’une adjointe.

Nous avons commencé par aborder la situation des 1ers personnels concernés par cette décision brutale et injuste et dénoncé la manière avec laquelle ceux-ci ont été avertis ainsi que la légalité de cette méthode. Nous avons aussi demandé ce qui était prévu pour ces personnels. Chacun des membres de la délégation a alors pris la parole en dénonçant la manière, en déplorant le manque dans l’école que va créer l’absence de ces personnels, en citant toutes les tâches qui permettaient une communication, une sécurité, un fonctionnement qui va de fait être mis à mal.

Si le DASEN a dit « regretter » la manière avec laquelle les EVS ont été avertis du non renouvellement de leur contrat, il a confirmé la décision du ministère de supprimer les EVS « aide à la direction d’école » qui sont « voués à s’éteindre progressivement ». Il n’a, par ailleurs, apporté aucune réponse quant à la manière dont il comptait communiquer avec ces personnels. Aucune réponse, non plus, sur l’aspect juridique d’un « non renouvellement » de contrat par écrit. Il a simplement dit qu’il « ferait remonter nos demandes à la rectrice qui, il le garantit, fera remonter au ministère ». Il a ajouté que la priorité du Ministère était l’accompagnement au handicap et que nous passerions dans le Loiret de 174 à 204 supports (soit 30 de plus) dans ce registre. De plus, il a ajouté, bien conscient que leurs tâches ne seraient pas les mêmes, que les écoles pourraient bénéficier de « services civiques ». Nous l’avons alors questionné sur la possibilité de passer d’un contrat d’EVS « aide à la direction » à « accompagnement d’enfant en situation de handicap » tout en lui rappelant que : ces collègues n’ont pas postulé pour cet accompagnement mais bien pour » l’aide administrative à la direction ». c’est qu’il y a une raison, une fiche de poste et une formation complètement différentes les services civiques ne constituent absolument pas une réponse satisfaisante notre première demande était leur retour, leur maintien ou leur recrutement suivant les écoles qui n’en ont plus, qui vont bientôt ne plus en avoir ou qui n’en ont jamais eu. Et surtout de leur titularisation dans la Fonction Publique afin de les pérenniser. Il nous a dit avoir bien noté.

Ensuite nous avons abordé la question de la direction et du Fonctionnement de l’école avec une demande d’allègement des tâches (et non une simplification) et d’une augmentation de la décharge pour celles et ceux qui en ont peu. Démarché corrélée à la présence d’un EVS aide à la direction avec le statut demandé. Sur quoi, nous lui avons signifié que les écoles rentraient dans un mouvement de grève administrative tant qu’elles n’obtenaient pas tout ce que nous demandons.

Ce à quoi, il a dit « comprendre » mais « se devait aussi de rappeler que « pour le bien des élèves, il était nécessaire de remonter des informations ». De plus, en rappelant que « les décharges avaient été améliorées (10 jours pour 2 et 3 classes, 1/3 de décharge pour 8 et 9 classes..notamment..), il laissait sous entende, de notre point de vue, que cela pouvait compenser la perte des EVS ; mais il s’agit certainement de notre interprétation… Bref, il a noté, va faire remonter à rectrice et et......nous on attend !!

Alors, après cette première étape, tous en grève le 10 octobre à l’appel de la Fonction Publique et interpelons le préfet (exécuteur de ces mesures dans le département).

Néanmoins, le principal à retenir de cette audience est l’absence de réponse et les « je prends note et je transmets à la rectrice » qui ont occupé toute la séance.

Aussi, afin de faire monter la pression, à l’appel de toutes les organisations syndicales, appuyées par les collègues réunis le mercredi 20 septembre, il est plus qu’urgent de s’engager massivement et collectivement dans la grève administrative appuyée par l’ensemble de l’équipe à l’aide des motions ci dessous que nos vous demandons de nous faire remonter. Le nombre ainsi remontées pouvant inciter les collègues hésitant à s’y inscrire.

Ci-dessous propositions de :

  • motion de conseil des maîtres opendocument text - 19.8 ko
  • motion conseil d’école opendocument text - 19.7 ko

que vous pourrez adapter à votre guise.

  • un argumentaire"la grève administrative kézako ?" opendocument text - 14.7 ko

Les envoyer à votre IEN avec une copie à votre organisation syndicale.

N’hésitez pas à nous contacter en cas de difficulté.

Et bien sûr, dès maintenant, tous en grève le 10 octobre pour protester contre cette mesure supplémentaire visant à affaiblir encore les Services Publics

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |