Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité départementale 


fontsizeup fontsizedown

Lettre au DASEN : grève administrative, action APC, conseil école collège, Réunions d’Information Syndicale et indemnités REP

jeudi 30 novembre 2017

Monsieur le Directeur Académique,

Nous souhaitons vous alerter à propos de plusieurs sujets dont nous vous demandons qu’ils soient portés à l’ordre du jour de la prochaine CAPD en questions diverses, s’ils ne peuvent avoir réponse d’ici là. A propos du mouvement, dit de « grève administrative », de « non remontée » de certaines informations à l’administration par les écoles ; vous le savez, de nombreuses écoles sont entrées dans ce mouvement pour réclamer légitimement une aide administrative pérenne et un allègement des tâches de direction tout en augmentant leur décharge. Il s’agit d’une position du Conseil des maîtres impulsé et soutenu par l’ensemble de l’intersyndicale 1er degré du Loiret et non de la décision d’un-e directeur/trice seul-e. Or, certain-e-s IEN, s’adressent uniquement à ces derniers pour obtenir les documents qui ne leur ont volontairement pas été transmis par l’équipe. Comme nous vous l’avions demandé en audience, nous souhaitons que ces « démarches » d’IEN individualisant ce mouvement cessent et, le cas échéant, se fassent en direction des équipes que nous sommes prêtes à accompagner. De plus, des écoles nous ont alerté que des demandes institutionnelles, venant d’IEN et de votre part, avaient été faites afin de retirer des banderoles demandant le retour et la titularisation de leur EVS. Nous rappelons ici qu’il s’agit aussi d’une demande de l’intersyndicale dans son ensemble et que la liberté d’affichage au nom de l’intersyndicale existe bel et bien. Aussi, nous maintiendrons ces banderoles devant les écoles tant que nos revendications ne seront pas entendues et vus demandons de ne plus faire ce genre de demandes.

Concernant notre appel à « utiliser autrement le temps des APC », des IEN, encore, et parfois les mêmes, demandent aux collègues qui s’engagent dans le mouvement de « se signaler par écrit à l’Inspection ». Or, il ne s’agit pas d’un mouvement de grève et, en ce sens, il n’y a aucune « déclaration » à remplir. Ces collègues réclament légitimement l’utilisation autre de ce temps, leurs 108h étant vite dépassées et l’utilité, l’efficacité de ces APC restant toujours à démontrer. De plus, les directions d’école n’ont pas, non plus, à faire remonter ce genre d’information.

A propos des 108h justement et de leur utilisation sur le temps du « conseil école-collège », des collègues de maternelle nous ont alerté car « devant désigner un des enseignants » sur ce temps prétextant que l’axe décidé, sans elles de surcroît, était « parcours santé de la Petite Section à la 3ème ». Il n’est pas décent de demander aux collègues de maternelle de participer à une telle réunion sachant d’une part que la participation des professeurs de collège (non soumis à l’obligation) est très restreinte, d’autre part que le suivi des infirmières scolaires en sous nombre, ne va pas jusqu’à la maternelle délaissée également par la PMI et enfin que les collègues de maternelle ont besoin d’utiliser ce temps précieux et restreint de concertation entre elles pour des situations relevant de l’école maternelle en priorité. A moins que vous ne permettiez que ce temps soit pris sur les APC ?....

Pour ce qui est relatif aux « temps d’information syndicale », plusieurs circonscriptions indiquent aux collègues souhaitant y participer qu’ils doivent remplir une « demande autorisation d’absence ». Or l’arrêté du 29 août 2014 précise que les collègues concernés « … en informent l’autorité hiérarchique dont ils relèvent au moins 48 heures avant la date prévue de cette réunion. » point ! Nous vous remercions donc de veiller à ce que cers simples dispositions « d’information » soient appliquées y compris dans notre département afin de ne pas compliquer la tâche de nos collègues. Pour terminer, concernant l’indemnité REP notamment de nos collègues du RASED, ils se voient ponctionner une partie de l’indemnité sous prétexte qu’ils n’exercent pas totalement dans le REP. Or la proportion hors REP est bien souvent inférieure à celle remontée par les IEN qui, de surcroît, leur imposent bien souvent un secteur sur lequel ils n’étaient pas prévu initialement ou qu’ils y officient bien moins que prévu. Nous vous demandons de veiller à l’équité pour tous ces traitements au « juste prix ».

Dans l’attente de votre réponse, veuillez croire, Monsieur le Directeur Académique, à notre attachement au service public de l’Education.

Les co-secrétaires départementaux du SNUIPP FSU 45

Laurianne Delaporte, Bruno Chirouse, François Maulard

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |