Retour accueil

Vous êtes actuellement : Société  / Défense des mineurs 


fontsizeup fontsizedown

Soutien aux élèves sans abri et à l’école Mermoz

mercredi 19 novembre 2014

Les parents d’élèves élus de l’école Jean Mermoz (quartier des Blossières à Orléans) ont dénoncé le fait inadmissible que des enfants dorment dans la rue une nuit sur deux à Orléans.

LE SNUIPP-FSU SOUTIENT LES ENFANTS SANS ABRI ET L’ECOLE JEAN MERMOZ

Chers collègues,

Les parents d’élèves élus de l’école Jean Mermoz (quartier des Blossières à Orléans) ont dénoncé le fait inadmissible que des enfants dorment dans la rue une nuit sur deux à Orléans. Ils ont décidé d’une action forte en occupant symboliquement les locaux en toute fin de journée (18h30) pour exiger que ces familles bénéficient d’un hébergement pérenne, ce qu’ils ont obtenu très vite. Malheureusement cette action de solidarité face à une situation révoltante n’a pas plu à l’adjoint au maire d’Orléans. Arguant d’une action illégale il punit l’école en lui retirant la dotation prévue de longue date d’un équipement informatique, tout en prétendant ne pas viser les enfants. Il se répand dans la presse nationale et locale en accusant de façon mensongère les parents d’élèves et en mettant en cause honteusement le directeur de l’école oubliant au passage de parler de ce qui a motivé l’occupation pacifique de l’école par des parents d’élèves : la vie dans la rue de certains de nos élèves.

Le snuipp45 a apporté et continue à apporter tout son soutien à nos collègues, tout particulièrement le directeur de l’école (voir le site : www.snuipp45.net et les lettres du Snuipp aux écoles).

Chers collègues, le snuipp45 vous appelle à continuer ensemble à dénoncer le fait que des enfants dorment à la rue en signant la pétition ci-jointe :

http://www.avaaz.org/fr/petition/des_organisations_et_des_individus_un_toit_pour_des_enfants_et_les_excuses_dun_elu/?nXFxFib

mais surtout en faisant connaître toutes les situations telles que celles-là. Bien sûr toutes les familles dans cette très grande précarité ne le font pas savoir naturellement, il faut également respecter l’anonymat des enfants : on ne transmet pas leur nom et on change leur prénom. Enquêtez et faites-nous connaître toutes ces situations par courriel ou téléphone, nous amplifierons la dénonciation courageuse de l’école Jean MERMOZ.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |