Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité départementale 


fontsizeup fontsizedown

Orléans : une motion pour se faire entendre !

vendredi 13 mars 2015

La municipalité orléanaise entend revoir l’organisation de la semaine scolaire à la rentrée 2015. Les propositions ne sont pas satisfaisantes.

Nous vous avions fait état des changements envisagés par la mairie d’Orléans concernant l’organisation de la semaine scolaire. Afin de contrer ces propositions surréalistes qui entraîneraient des pauses méridiennes de 3 heures pour certains enseignants, nous vous invitons à faire signer une motion lors des prochains conseils d’école.

Motion du conseil d’école :

Dès la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, le monde enseignant et certaines organisations syndicales avaient critiqué une municipalisation de l’Education Nationale. Ils s’étaient insurgés contre une reforme ne prenant en compte ni les intérêts des enfants, ni les contraintes budgétaires des municipalités et surtout qui détérioraient les conditions de travail des enseignants, relégués à l’état de sous-fifres dont les préoccupations ne comptent pas.

Force est de constater que deux ans et demie après la mise en place de ces nouveaux rythmes, leurs craintes étaient légitimes et les propositions faites par la mairie d’Orléans les confirment.

Au niveau local, nous demandons que les enseignants et les parents soient entendus via les conseils d’école dans le cadre d’une éventuelle évolution des rythmes scolaires. Les contraintes budgétaires ne sauraient être prétexte à une dégradation des conditions de travail des enseignants et d’apprentissage des élèves. Les TAP ne peuvent mettre en péril la qualité des enseignements prodigués par les professeurs des écoles.

Il est essentiel également qu’au niveau national, un cadre soit fixé et que les missions de l’Education Nationale et des mairies soient clairement identifiées et séparées. Pour cela, nous demandons la suspension de la réforme des rythmes scolaires, l’abrogation du décret Hamon et la réécriture du décret Peillon.

Voir en ligne : A Orléans, pas de changement des rythmes sans l’aval des enseignants !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |