Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carrière  / CAPD 


fontsizeup fontsizedown

CAPD du 2 février 2016 : compte-rendu

mardi 2 février 2016

A l’ordre du jour, la validation des barèmes pour les permutations informatisées.

La CAPD du Loiret se réunissait ce matin pour statuer sur les barèmes des permutations informatisées.

  • Déclaration préalable su SNUipp-FSU45 :

Word - 64.5 ko

  • Approbation des procès verbaux des CAPD du 02.07, du 28.08 et du 03.09.

PV de la CAPD du 02.07.15

PV de la CAPD du 03.09.15

PV de la CAPD du 28.08.15

  • Mouvement interdépartemental :

On note une augmentation de 19 % des participants. 12 demandes ont été invalidées. La plupart des demandes sont formulées au titre du rapprochement de conjoints. Les demandes de prise en compte du handicap ont été étudiées en groupe de travail. Celui-ci a suivi les préconisations du Dr Gruel. Pour plus d’informations, veuillez nous contacter au 02.38.78.00.63.

Le SNUipp-FSU45 s’inquiète du probable faible taux de satisfaction à venir, tant la situation dans le département reste tendue. L’équilibre poste-personnel n’est toujours pas atteint et risque de se prolonger l’an prochain.

  • Questions diverses :

Question du SE-UNSA : "Des demandes de départ en classe découverte ont-elles été refusées ? Réponse de l’administration : "Il arrive qu’on demande aux écoles de retravailler un dossier mais il n’y a pas de refus définitif." Mme Rouzic ajoute que l’administration "fait en sorte qu’aucun enfant ne soit empêché de partir pour des raisons financières."

Le SE-UNSA pose une question à propos du remplacement, que nous avons également évoqué dans notre déclaration préalable. En décembre, l’administration nous avait expliqué que 6,5 % des absences n’étaient pas remplacées. Fin janvier, ce chiffre est passé à 9,3 %. Les circonscriptions les plus touchées sont celles du Montargois, celles d’Orléans-Saran et de Pithiviers.

Comme nous le prévoyions, la situation s’aggrave, rendant de plus en plus compliquée la tâche des équipes. Le recours à des contractuels n’a en aucun cas réglé les problèmes inhérents à un mauvais calibrage en début d’année.

Question du SE-UNSA : "Les journées de décharge des directeurs non assurées seront-elles rattrapées ?" Réponse de l’IA : "On fera du mieux qu’on pourra..."

La circonspection est de mise face à une réponse sibylline. DE quoi en tout cas s’inquiéter pour les directeurs concernés. A l’heure où le Ministère appelle de ses voeux à une simplification administrative pour les directeurs, la situation dans le Loiret fait cruellement tâche.

Question du SE-UNSA : "Les stages de formation continue annulés seront-ils rattrapés ?" Réponse simple de Mme Rouzic : "Non."

No comment...

Question du SNUipp-FSU : Les candidats à une formation spécialisée devront passer un double-entretien. Avant, ils ne rencontraient que leur IEN. Désormais, ils devront aussi passer un entretien avec des membres de la Direction Académique. Le SNUipp-FSU45 demande des précisions. Réponse de l’IA : Le partage de l’accueil se fera entre Mme Rouzic (DASEN ajointe), Mme Toupé (adjointe au DASEN), Mme Naudin et M. Virton (tous les deux IEN). Pour l’IA, il s’agit d’informer les collègues. Il ne s’agit pas d’une entrée en formation. L’avis sera émis par une commission mise en place pour éviter qu’une seule personne n’émette un avis. Il s’agit aussi de préciser les intentions du candidat et de l’aiguiller. Enfin, cela correspond à une volonté d’harmonisation académique."

Le SNUipp-FSU45 indique que le fait de rencontrer tant de supérieurs hiérarchiques peut apparaître comme anxiogène.

Le SNUipp-FSU45 s’interroge sur la situation des contractuels. 25 ETP (équivalents temps plein) sont pris en charge par des contractuels. Depuis le début de l’année, 4 ont démissionné. Pour certains IEN, ce recrutement à un aspect positif puisqu’il permet aux contractuels de faire un choix de carrière.

Le SNUipp-FSU45 regrette que ce type de recrutement justement dégoûte les collègues du métier d’enseignant et continue de dénoncer ce mode de recrutement qui pénalise les recrutés, les équipes et les élèves.

Concernant les absences sans traitement, suite à une question du SNUipp-FSU45, l’administration rappelle que les contestations doivent se faire par voie hiérarchique et non auprès du SAGIPE.

Enfin, reprenant les propos tenus lors du CDF par le responsable du site ESPE d’Orléans, le SNUipp-FSU s’interroge sur les capacités de recrutement du Loiret. En effet, l’ESPE ne peut pas recevoir plus de 140 PES du fait du nombre de formateurs à mobiliser notamment. Comment alors permettre le recrutement de 80 PE supplémentaires dans le Loiret. L’IA nous répond que les PES ne sont pas le seul moyen d’équilibre, que le calibrage n’a pas encore été défini par la direction académique et qu’existe la possibilité des transferts de scolarité, permettant d’accueillir davantage de stagiaires sans pour autant surcharger les bancs de l’ESPE.

Le SNUipp-FSU45 sera très vigilant au sein des instances académiques et départementales pour que la situation catastrophique que connaît le département cette année ne se reproduise pas deux années de suite.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |