Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Mise au point

samedi 20 septembre 2008

Après avoir souhaité la construction d’une réponse de grande ampleur au gouvernement Sarkozy , le SE unsa , dans son dernier bulletin et sous le titre : Suppression du samedi matin « Pour mieux comprendre les stratégies syndicales » , engage une véritable casse de l’unité syndicale en « vomissant » sur FO et le SNUipp. Loin de mettre en lumière et valoriser l’action syndicale, les propos tenus risquent, au contraire, de mener à la démobilisation.

Après avoir souhaité la construction d’une réponse de grande ampleur au gouvernement Sarkozy , le SE unsa , dans son dernier bulletin et sous le titre : Suppression du samedi matin « Pour mieux comprendre les stratégies syndicales » , engage une véritable casse de l’unité syndicale en « vomissant » sur FO et le SNUipp. Loin de mettre en lumière et valoriser l’action syndicale, les propos tenus risquent, au contraire, de mener à la démobilisation.

Jamais le SNUipp ne s’est permis d’incriminer tel ou tel syndicat. Nous n’entrerons donc pas dans la polémique. Rappelons seulement que notre opposition à la réforme Darcos ( programmes , suppression du samedi matin ,aide personnalisée, stages de rattrapage ) et le refus de signature du protocole de discussions ont fait suite à une vaste consultation nationale des enseignants du 1er degré que nous avons été les seuls à proposer .

Nous avons tenté jusqu’au bout ,comme à l’habitude, de rechercher un accord majoritaire, garant d’un bon fonctionnement démocratique. Evidemment, la réforme se mettant en place, il est devenu nécessaire de l’adapter au moins pire.( il ne s’agit aucunement de dire : « il faut que l’accord soit respecté » ).

Les dégâts risquent pourtant d’être nombreux : véritable casse-tête pour les directeurs dans l’organisation « pointage » des collègues dans l’utilisation de ces deux heures hebdomadaires, journées à rallonge pour les élèves en difficulté et les enseignants ,disparition programmée des moyens supplémentaires ZEP ,animation soutien, RASED ( voir les propos de Luc Ferry mardi 2 /09 sur Europe 1 ) des remplaçants auxquels on substituera les employés municipaux (« l’an prochain, les suppressions se feront moins sentir car elles concerneront les maîtres sans classe »X. Darcos ).

Tout cela va à l’opposé de ce dont l’école a besoin et de ce que nous revendiquons.
Rappelons que l’école doit rester un service public et que la rentabilité n’y a pas sa place .

En parlant de la suppression du samedi matin et des suppressions de postes Luc Ferry dit encore : « cela n’est pas bien bon pour les élèves mais indispensable pour éponger la dette et ne pas la laisser à nos enfants » . Où est l’ambition éducative ? Va t- on vers une réduction du nombre d’élèves en difficulté scolaire ? Rien n’est moins sûr ! Il nous faut en effet réagir , et après la 1re étape du 11 septembre, viendra le 7 octobre (journée d’action, voire de grève et de manifestations) puis le 19 octobre à Paris( grande journée de manifestation nationale avec les fédérations de parents d’élèves). Agissons dans l’unité et nous serons plus forts ! [/_ Daniel MAROIS/]

P.-S.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0