Retour accueil

Vous êtes actuellement : FSU  / Instances  / CDEN 


fontsizeup fontsizedown

CTSD/CDEN : même projet, même attitude du DASEN !

dimanche 3 mars 2019

Après un CTSD reconvoqué le 25 février qui a re proposé les mêmes mesures sans rien changer au premier projet pour le primaire à la rentrée, les organisations syndicales, avec la FCPE, du Loiret avaient organisé un rassemblement réunissant une cinquantaine de personnes dont une bonne moitié d’élu-es et de parents de la municipalité de Saran. Lors de ce CDEN, les mêmes projets ont donc été proposés et soumis à approbation avec une attitude toujours aussi « communicante » et méprisante de la part de notre institution. Un des représentants du SGEN-CFDT quittant même la séance pour n’avoir eu aucune réponse à nos déclarations (voir ci-dessous). La FSU soutenant la démarche et s’interrogeant même pour la suivre...

Compte Rendu CDEN 26 février 2019

Une liste de nouveaux DDEN (siégeant dans nos conseils d’école) a été proposée → approbation à l’unanimité.

En premier lieu, nous avons évoqué l’Indemnité Représentative de Logement (IRL) pour les instituteurs qui reste inchangée depuis 2010. La FSU s’est abstenue considérant l’effort d’une part, pour le département, d’autre part, la non prise en compte de l’augmentation du coût de la vie. → 5 abstentions (FSU) et 8 pour.

Déclarations de toutes les organisations syndicales toutes s’inquiétant de la nouvelle Loi sur l’école dite « de la confiance » et certaines dénonçant le mépris de l’institution vis-à-vis des personnels et de leurs représentants.

Ci- dessous déclaration de la FSU et commune avec FCPE sur les méthodes du DASEN

Déclaration FSU PDF - 64.5 ko

Déclaration commune PDF - 152.2 ko

Rentrée 2019 dans le premier degré :

Discours/communication du Dasen :

"Nous perdons 596 élèves. Les postes PDMQDC (plus de maîtres que de classes) sont conservés (contrairement à d’autres départements), le DASEN réitère son « non-engagement » de fermetures alors que dans certaines zones cela pourrait être le cas.

  • Une Ulis est créée à Courtenay et certaines fermetures ne sont pas prononcées vu la « fragilité sociale » de ces écoles…de même, il n’est procédé à aucune fermeture en Zone Rurale . FAUX !!
  • 4 « protocoles ruralités » ont été signés et 4 sont à venir : « 1 école pour ma commune et non, 1 école dans ma commune ».
  • 28 non fermetures au titre de l’équité sociale et territoriale."

La FSU, quant à elle, a une toute autre lecture de ces mesures.

Elle donne, aux membres du CDEN, en préambule une explication des méthodes de l’IA (illustrant ainsi sa déclaration) et fait remarquer au DASEN que sa lecture et sa communication des mesures est oute autre : nos remontées ne sont pas celles qu’il en fait mais sont celles de nos collègues rencontré_e_s sur le terrain.

Ainsi, elle a continué à déplorer que ces fermetures engendrent des tensions dans les autres niveaux de classe. En effet, certaines dépassent largement le seuil de 25 élèves par classe après fermetures (20 en Education Prioritaire hors CP et CE1 à 12), seuils souhaitables par la FSU (35 écoles sur 52 classes fermées dont 28 dans le rural contrairement au discours du DASEN). Par ailleurs, toujours en référence à ses seuils, la FSU estimait à une quarantaine les besoins d’ouvertures sur les documents restreints, sélectionnés par l’IA. Sur l’ensemble du département, il en faudrait près de 200 !!

.

Cette baisse d’élèves était l’occasion rêvée d’abaisser les seuils justement pour tous avec une dotation spécifique pour l’Education Prioritaire et une autre pour le reste.

Concernant les maitres sup, elle précise que, si le DASEN se targue de la « conservation d’un certain nombre de postes », une diminution du nombre ou de quotité de 4,5 maîtres sup est enregistrée puisque les CE1 sont dédoublés et qu’ils agissent en priorité sur les CE2 seulement alors que le cycle 3 en aurait bien besoin...

De plus, quid des élèves a besoin éducatifs particuliers (ils ne sont pas en situation de handicap, donc pas d’aide) , qui perturbent fortement la gestion de classe. La FSU interpelle régulièrement le DASEN au CHSCTD sur des situations très tendues dans les écoles et des collègues qui n’en peuvent plus et qui nous contactent pour savoir comment démissionner…

La FSU évoque aussi le cas de Saran Bourg où certaines classes pourraient atteindre 30 élèves. L’administration nous répond que cette école est « sous surveillance », comme d’autres...

Vote : 10 contre (dont les 5 FSU) , 3 abstentions, 2 pour

Rentrée tendue dans le second degré : un peu plus de 288 élèves sont attendus. Seules 3 Ulis sont créées pour tous les élèves scolarisés actuellement en Ulis écoles….

Des situations qualifiées de « tendues » ou « compliquées » ont été portées à la connaissance du Dasen, comme au collège de Malesherbes, de St Exupéry à St Jean de Braye, André Chêne à Fleury Les Aubrais (enfants de Chanteau qui devront aller au collège de Neuville aux Bois)….donc l’administration a connaissance des problèmes existants mais….il y a une dotation budgétaire attribuée qu’il faut respecter… Au delà, et plus globalement la FSU a déploré que :

1. le Dasen ait augmenter le seuil d’élèves dans 4 niveaux de classes dont 3 en REP et REP+ ce qui lui évite de créer des postes supplémentaires.

2. que les HSA (Heures Supplémentaires Année) ponctionne de 80 à 90 postes l’enveloppe DHG « Heures postes »

3. les suppressions dans le secondaire (collèges et lycées) se font sur le dos d’une réforme du lycée (suppressions d’heures de matières fondamentales sous prétexte d’options, modification des filières...) qui supprime des postes en lycée et donne une faible dotation en collège alors que les effectifs augmentent :+ 6 postes pour + 600 élèves dans l’académie, + 16 pour 288 dans le Loiret. Cette réforme inquiétant également beaucoup les professeurs et parents d’élèves mais le rouleau compresseur administratif semble imperturbable !

Vote : 8 contre (dont 5 FSU), 6 abstentions et 1 Pour

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 2