Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité départementale 


fontsizeup fontsizedown

Action du 6 novembre : compte rendu d’audience

vendredi 8 novembre 2019

Rassemblement devant la DSDEN sur les conditions de travail des personnels de l’Education Nationale, une délégation intersyndicale a été reçue. Motion à faire voter en conseil d’école en fin d’article.

Pendant le rassemblement, une délégation ( 2 FSU, 2 Sud education, 1 FNEC FP FO et 2 UNSA education) a été reçue, à leur demande, à la DSDEN par la secrétaire générale et la DASEN adjointe.

Nous avons commencé par évoquer les raisons de notre rassemblement de ce jour (compte rendu national rapide du CHSCTM d’aujourd’hui ici) et rappelé nos revendications. A savoir :

  • une réelle amélioration des conditions de travail des directeurs et directrices d’école, des enseignant-es et de tous les personnels qui font vivre les écoles, les établissements et les services,
  • une meilleure reconnaissance de leurs professionnalités,
  • L’application de la législation afin garantir la santé, la sécurité et le bien-être au travail et le développement des services de médecine de prévention dont le recrutement de médecins de prévention,
  • une organisation moins verticale et moins injonctive des écoles, établissements et services. L’organisation d’un travail plus collectif et à des rythmes plus respectueux de la qualité de vie au travail,
  • les moyens utiles indispensables au bon fonctionnement des écoles, des établissements et des services ainsi que les créations d’emplois nécessaires pour l’ensemble des personnels.

Et de dénoncer, une nouvelle fois, la suppression programmée des CHSCT qui aggravera la prise en charge de celles et ceux qui sont en souffrance.

Puis nous avons commencé par évoquer :

la direction et le fonctionnement de l’école

Un bref rappel du ressenti des 2 réunions de directeur·rice·s des 14 et 15 octobre dernier dont certains témoignages expriment leur déception voire leur abattement au sortir de cette réunion. Si l’intention était « louable », le résultat n’est absolument pas celui attendu : présentation de la situation jugée « hors sol », incompréhensible ; pas de possibilité d’exprimer le réel vécu de la condition de la direction d’école (ce qu’attendait nos collègues) ; des conditions matérielles (plusieurs groupes, circonscriptions dans une même salle, d’autres dans le hall....) ; et organisationnelles (manque de temps pour s’exprimer) indignes.......

Les collègues sont repartis au travail un peu dépités sans réponse à leur problématique si ce n’est une journée de « formation » prévue pour 1/3 d’entre eux pour l’instant.....

réponse de la DSDEN : pas la même perception (d’où l’importance de nos retours...) mais ont senti la « tension » qui pouvait exister dans les équipes au travers de discussions, d’idées , de mots clés remontées par des post-it !!, ont avoué la difficulté, le « malaise » du DASEN pour « affronter » cette réunion dans les meilleures conditions suite au suicide de notre collègue... ont entendu certaines choses dans la réunion (besoin de temps, de formation, d’aide au travail en équipe, de gestions des conflits entre enseignants, élèves et enseignants, parents, parents et enseignants...) mais effectivement les conditions n’étaient pas idéales. Prévoient sans doute une réunion identique en fin d’année ?

et reste des collègues du 1er degré ?

Nous avons expliqué que la direction était « l’arbre qui cachait la forêt » de difficultés encore plus ancrées chez tous les collègues sur notamment la gestion des élèves en grosses difficultés scolaires, de comportement, en situation de handicap... et dont les outils, la formation, les moyens humains, pour les accompagner ne serait ce que correctement, manquent cruellement et plongent un très grand nombre de nos collègues (adjoints, AESh, personnels spécialisés...) dans une très grande souffrance qu’ils nous remontent chaque jour un peu plus... ; situation des AESH qui, pour certain·e·s pas payé·e·s pendant un mois les précarisent un peu plus et dont le nombre de situations impacte aussi les personnels administratifs des DSDEN et des collèges... Tout ceci sur fond de réformes donc de changements et d’injonctions ministérielles (loi Blanquer, évaluations, nouveaux programmes...)

Après avoir rappelé qu’à titre d’exemple, un certain nombre de ces cas seront encore évoqués lors du CHSCTD qui se tiendra prochainement, la DSDEN a répondu qu’un protocole de prise en charge des « Elèves à Besoin Educatif Particulier » (EBEP) avait été conçu et envoyé pour le 1er et le 2nd degré.

Nous avons rappelé qu’avant d’envoyer un protocole, intéressant mais extrêmement lourd à intégrer pour nos collègues, il aurait fallu non seulement un temps pour se l’approprier mais aussi parallèlement un protocole de prise en charge de la situation, des conditions de travail de l’agent. Ce protocole élaboré par les organisations syndicales depuis plusieurs mois peine à voir le jour puisqu’en attente de date pour validation par l’administration. Nous porterons la demande d’une validation lors du prochain CHSCTD du vendredi 29 novembre

Incidences de la nouvelle loi Fonction Publique

Nous avons rappelé que pour ajouter à leur souffrance, la loi Fonction publique qui supprime les commissions paritaires concernant notamment la carrière et de l’avancement, coupe un peu plus le lien que représentent les organisations syndicales entre nos collègues et l’administration ; ces organisations souvent considérées comme « la bouée de sauvetage » pour nos collègues en détresse qui sont de plus en plus nombreux à nous appeler.

Réponse de la DSDEN : conscients de ce que nous représentons pour les collègues, de l’importance du dialogue social et des remontées (dont celles d’aujourd’hui) dont nous leur faisons part mais qu’ils devaient appliquer la loi en tant que représentants de l’administration..

Ce à quoi nous avons répondu qu’ils devaient aussi, en tant que représentants de l’administration, remonter ce nous leur transmettons aujourd’hui comme demandes...

Dont acte.

Ensuite, nous avons évoqué les questions relatives au 2nd degré notamment à la mise en place chaotique et à marche forcée de la réforme du lycée qui plonge les chefs d’établissements, les enseignants, non enseignants et les élèves dans l’incompréhension, le malaise, l’inconnu...

La DSDEN a reconnu le caractère anxiogène de toute réforme et dont celle-ci mise en place à la rentrée mais sans informations complètes et données au compte goutte, la temporalité de ces données mais qu’ils avaient mis en place un GT académique puis informer les chefs d’établissement...

Enfin, nous avons demandé ce qui allait être mis en place au niveau local notamment sur le suivi de la direction d’école au regard de ce qu’il était ressorti de la rencontre syndicats/ministère sur cette question notamment ce mardi 5 novembre.

La DSDEN n’avait pas encore d’information à nous fournir sur cette rencontre et les demandes du ministère.

Trop peu de réponses, voire aucune concrète, à nos revendications sur nos conditions de travail.

Nous vous proposons donc une motion unitaire sur l’intensification et la dégradation de nos conditions de travail portant la demande d’actes forts pour améliorer nos conditions de travail. Cette motion est à adopter en conseil d’école puis à nous transmettre. Word - 79.3 ko

Mais l’action ne s’arrête pas là et il faudra aussi faire de la journée de grève du 5 décembre sur l’avenir de nos retraites, un appel à ce que nos conditions de travail s’améliorent...

Tous en grève le 5 décembre prochain !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0