Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité nationale 


fontsizeup fontsizedown

Des questions pour la direction

jeudi 7 novembre 2019

Le ministère a décidé de lancer un questionnaire à destination des directrices et directeurs. Ses grandes lignes ont été présentées le 18 octobre dernier. Selon le SNUipp-FSU, voici les 15 mesures d’urgence à mettre en place.

Le vif émoi suscité par le suicide de Christine Renon, les mobilisations de la profession et les interpellations du SNUipp-FSU ont obligé le ministre de l’Éducation nationale à bousculer son agenda social pour ouvrir des discussions sur les conditions de travail des directrices et directeurs d’école.

Le ministère a décidé de lancer un questionnaire à destination des 45 000 directrices et directeurs. Ses grandes lignes ont été présentées aux organisations syndicales lors d’une réunion au ministère le 18 octobre dernier.

Le questionnaire

Anonymé, il sera composé de 30 à 50 items, et envoyé aux directrices et directeurs d’école dès ce retour des vacances d’automne. Il devrait porter sur trois thématiques :

  • Une description de l’école et de son contexte
  • Des questions qualitatives sur le métier : gestion du temps, respect, écoute, considération, interactions avec les partenaires, autonomie d’action et autorité décisionnelle
  • Des commentaires libres autour de trois questions : Comment envisagez-vous votre fonction de direction ? Quels seraient vos besoins pour améliorer le quotidien ? Quelle question a été oubliée ?

Le ministère prévoit un retour de ce questionnaire aux directrices et directeurs, ainsi qu’aux organisations syndicales avant les vacances de Noël. Il s’est aussi engagé à ouvrir des concertations plus larges sur la direction et le fonctionnement d’école dans les semaines à venir.

Pour le SNUipp-FSU, le temps n’est plus à tergiverser. Les préoccupations actuelles des directeurs et directrices sont connues tout comme celles des adjoints et adjointes. C’est la raison pour laquelle ont été remises au ministre 15 mesures urgentes à prendre lors d’une précédente rencontre avec les secrétaires généraux du SNUipp-FSU. D’autres doivent aussi être mises en discussion car indispensables pour que chacune et chacun puissent remplir ses missions essentielles : aide à la direction et au fonctionnement de l’école, augmentation des décharges, rémunérations, formation initiale et continue.

Le SNUipp-FSU sera vigilant sur le contenu réel de ce questionnaire et sur l’utilisation qui en sera faite. Si la souffrance des directrices et directeurs est manifeste et spécifique, celle des autres membres de la communauté éducative est aussi à prendre en compte par des mesures qui concernent l’ensemble du fonctionnement de l’école.

15 mesures d’urgence pour la direction d’école

À prendre dans un premier temps dès le retour des vacances d’automne. Dans un second temps des mesures ambitieuses sont indispensables pour augmenter les temps de décharges des directeurs et directrices, pour mettre en place, dans toutes les écoles, des personnels sur des missions d’aide à la direction et au fonctionnement de l’école et pour augmenter les rémunérations.

1. Suppression des tâches relevant du contrôle : tableau des 108h, demandes d’autorisation d’absence avec avis de la direction, envoi des compte-rendu des conseils de cycle et conseils des maîtres à l’IEN, tableau de bord divers et multiples, suivi des évaluations nationales.

2. Le renseignement de documents pré-remplis (PPMS, registres divers, DUER...) doit pouvoir s’effectuer sur un temps collectif dédié et réalisés avec des assistants de prévention en distinguant clairement les parties relevant de la compétence de l’école, de celles de l’employeur, de la collectivité territoriale et de celles des services de sécurité (pompiers, gendarmerie...).

3. Fin des remontées via des enquêtes dont l’administration possède déjà les informations : enquêtes effectifs, répartition pédagogique, fiches individuelles des PE...

4. La constitution des dossiers d’entrée en 6e ne doit plus être à la charge des directeurs, notamment via Affelnet.

5. Mettre fin à la profusion de mails et de demandes répétées par plusieurs services (DSDEN, Rectorat). Les informations officielles doivent toutes converger via une lettre hebdomadaire de la DSDEN, conformément au protocole national de simplification administrative. Celle-ci doit être communiquée directement à l’ensemble des agents, sans transiter par la direction d’école. Seules les boites mails des écoles doivent être utilisées pour les messages relevant du fonctionnement de l’école et non les boites mails personnelles académiques des directeurs et directrices. Aucun mail ne doit être envoyé en dehors des heures de service, aucune réponse ne doit être exigée en dehors du temps de décharge dédié à la direction d’école (à minima disposer d’une semaine de délai).

6. Organiser la communication entre l’employeur et ses agent·es : les actes concernant les adjoint·es, congé formation, convocation animation péda... doivent être envoyés directement sur leur boite professionnelle ; l’école n’est mise en copie pour information que lorsque que cela touche au fonctionnement de l’école : absence, convocation ...

7. Une plateforme unique départementale dédiée à la direction d’école regroupant les documents utiles au fonctionnement de l’école et sur laquelle un outil de suivi des demandes (attente affectation AESH...) serait accessible pour disposer de l’information dès que la décision est prise.

8. Mise en place d’un calendrier trimestriel des tâches précises à effectuer avec des délais de retour anticipés et affichés.

9. Réunions de directeurs et directrices sur le temps de service avec remplacement systématique si elle a lieu sur temps de classe.

10. Mise en place de temps de rencontres réguliers au niveau de la circonscription dès le retour des vacances d’automne pour partager entre pairs les besoins et les préoccupations. Possibilité de faire appel à des personnes ressources formées à la gestion de conflits.

11. Mise en place d’une formation continue basée sur les missions liées à la direction et au fonctionnement de l’école, à partir d’un recensement des besoins exprimés.

12. Assurer tous les temps de décharges réglementaires, notamment pour les écoles de 3 classes ou moins avec des personnels stabilisés sur les écoles et selon un calendrier annuel adapté aux besoins exprimés par les écoles.

13. Les réunions de directeurs et directrices avec l’IEN et/ou l’équipe de circonscription doivent faire l’objet d’un compte-rendu écrit établi par la circonscription et envoyé directement à tou·tes les enseignant·es.

14. Clarification du cadre des relations avec la collectivité, des responsabilités des uns et des autres ainsi que les interlocuteurs et les procédures (commandes, travaux, transport... ).

15. Fin de la saisie des élèves dans ONDE, cela doit être géré par les collectivités dont la compétence est de procéder aux inscriptions des élèves

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 24