Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité nationale 


fontsizeup fontsizedown

Rencontre en visioconférence avec Le ministre de l’éducation (29 avril)

mercredi 29 avril 2020

Le ministre a présenté l’état des réflexions en distinguant trois points à savoir le cadre sanitaire, l’organisation de l’accueil et le cadre pédagogique.

Nous faisons le constat d’un ministère qui n’est pas prêt et qui s’enfonce dans la révélation de cette impréparation. Il maintient la date du 11 mai. Entre les classes réintégrant l’école et les publics prioritaires, le ministre veut afficher 1,5 million d’élèves accueillis mais considère que dans les faits on ne rentrera effectivement qu’en juin.

Il concède que l’effectif de 15 en maternelle reste à préciser. Il annonce le 7 mai comme une date butoir de confirmation aux parents alors qu’aucune réflexion n’existe sur une procédure de validation de la conformité avec le protocole.

La consultation obligatoire du conseil d’école, voire le passage d’une commission de sécurité n’ont pas été envisagé ; la décision relevant du maire et du directeur. Nous avons dénoncé les lourdes responsabilités que le ministère fait peser sur les directeurs et directrices d’école qui sont responsables de la sécurité dans les écoles.

Il s’agit clairement d’accorder un calendrier de reprise pour assurer une date de retour arbitrairement définie par le président de la république. Pour le SNUIpp-FSU un cadre national de réouverture des écoles validé par les autorités scientifiques et médicales et le temps nécessaire pour engager un travail entre les enseignants, les parents et les élus afin de le décliner localement et le soumettre à l’approbation des conseils d’école.

En matière pédagogique nous avons dénoncé la poursuite d’une politique éducative verticale, refusant que la circulaire dgesco puisse laisser croire un instant que l’on pourra remettre les élèves « à niveau » en l’espace de quelques semaines et démarrer la rentrée comme si de rien n’était.

Le protocole sanitaire

Ce protocole, selon le ministre, s’appuie sur l’avis du Conseil scientifique et attend le visa du ministre de la Santé et soumis aux associations d’élus dans la journée du 29 avril.

Il rappelle l’obligation de mettre du savon à disposition dans toutes les écoles. Le gel hydroalcoolique n’est pas recommandé dans le 1er degré. Le port du masque sera obligatoire pour les enseignants.

Les masques seront fournis par l’institution sans indication de nombre et là où il n’y en aura pas le 11 mai, les établissements ne seront pas ouverts. Ces masques seront également fournis pour des cas particuliers d’enfants.

Il sera fait un usage rationnel des test : pas de dépistage mais automatique si un élève ou un adulte montre des signes symptomatiques. Si le test est positif tous les contacts seront testés pour mettre en confinement les sujets positifs et casser la chaîne de transmission. Selon la situation cela peut donner lieu à fermeture d’une classe voire d’une école. Le ministre n’exclut pas de revenir sur une décision d’ouverture d’une école selon le principe de réversibilité. Si le protocole ne peut être respecté l’école ou l’établissement n’ouvrira pas.

Ce protocole a été présenté en CHSCT Ministériel le 30 avril. (compte-rendu)

Organisation de l’accueil

Contrairement au protocole sanitaire il y aura plus de souplesse dans la mise en œuvre. Il s’agira de raisonner par niveau mais ce n’est pas normatif. Les équipes décideront. Il donne un exemple : on peut démarrer la 1re semaine avec les GS, les CP et les CM2 puis les autres classes la semaine suivante.

Au-delà de ces choix locaux, des priorités seront définies  : élèves porteurs de handicap, élèves en difficulté, enfants des personnels indispensables, les fratries… Le ministre prenant soin de dire qu’on ne refusera pas des familles !

Il n’y a pas de référence à des effectifs maximaux, le ministre parle de demi-classes. Il ne sera pas préconisé de fonctionner en demi-journées.

Les élèves seront dans une des quatre situations suivantes : en classe, à l’étude, à domicile ou pris en charge dans le cadre des 2S2C.

Les enseignants seront à l’école ou non (vulnérabilité) et il n’y aura pas de double mission : les enseignants restés chez eux s’occuperont des enfants restés chez eux.

Cadre pédagogique

Le ministre rappelle qu’il ne s’agit pas de finir les programmes. Il indique qu’une « circulaire de reprise » émanant de la dgesco rappellera pour chaque niveau le cadre de ce qui sera attendu en fin d’année.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0