Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité départementale 


fontsizeup fontsizedown

Communiqué de presse : Report du mouvement des enseignant-e-s : l’impossible rentrée 2020

vendredi 26 juin 2020

Communiqué de Presse du SNUipp-FSU 45 du 26 juin 2020

Les enseignant-e-s ont répondu présent-e-s aux défis qu’il fallait relever durant cette crise, ils et elles auraient mérités reconnaissance et remerciements mais ils ne reçoivent que mépris et déconsidération.

PNG - 3.8 ko

Communiqué de Presse du SNUipp-FSU 45

Report du mouvement des enseignant-e-s : l’impossible rentrée 2020

Depuis le début de la crise sanitaire, ce ne sont pas moins de 3 réorganisations profondes de l’école que les enseignant-e-s ont dues mettre en œuvre ! À chaque fois, pour réagir aux « coups de com » du ministre, elles et ils n’ont eu que 3 jours pour tout repenser dans l’intérêt et la sécurité de leurs élèves.

• Une première fois le jeudi 12 mars 20h pour le lundi 16 mars : inventer l’école à distance, sans formation, sans matériel professionnel, sans logiciel adapté et parfois même sans les données pour contacter les familles… Et organiser l’accueil des enfants de personnels prioritaires (avec des informations contradictoires et fluctuantes tout au long de la période d’accueil)

• Une deuxième fois le jeudi 7 mai pour le lundi 11 mai : publication du protocole pour la réouverture progressive des écoles. Il a fallu intégrer ces contraintes, réaménager les classes, organiser les groupes d’élèves accueillis, contacter les familles et poursuivre l’école à distance.

• Une troisième fois le jeudi 18 juin pour le lundi 22 juin : publication du protocole pour la réouverture des écoles. Il a fallu réaménager les classes, et repenser l’organisation de l’école pour éviter les brassages et prévenir les familles.

Ceci témoigne de l’impréparation et de l’improvisation du ministère durant la période : aucune anticipation de la fermeture des écoles, aucune préparation à l’enseignement à distance, improvisation totale sur les dates de reprise avec des protocoles arrivant tardivement et demandant des aménagements conséquents.

Tout cela s’est mis en place par la seule implication, y compris matérielle des enseignantes et des enseignants des écoles. C’est finalement sur eux que l’on fait reposer la responsabilité de la santé des élèves et des personnels pour que l’école ne devienne pas un nouveau foyer de contamination.

C’est dans ce contexte que l’année s’achève, et dans la tête de tous et toutes, déjà se profile la rentrée.

En effet en temps normal dans l’organisation du fonctionnement de l’école, le mois de juin en plus de la conclusion d’une année scolaire, est un temps intense de préparation de la rentrée de septembre. Les enseignant-e-s travaillent aux futures répartitions des élèves et des classes, commandent le matériel nécessaire et le préparent. C’est aussi le moment, où l’on connaît le nombre de classes qu’il y aura à la rentrée et où il y a les mutations des enseignant-e-s. La rentrée 2020, devra également prendre en compte le contexte sanitaire.

La rentrée de septembre doit être pensée selon plusieurs scénarios, du plus favorable au moins favorable, car le virus circule toujours et aucun traitement n’est aujourd’hui efficace et aucun vaccin n’est prêt. C’est dans ce contexte que l’école doit penser la reprise de septembre sans pouvoir compter sur le ministère pour l’anticiper.

Aussi, il aurait fallu dès maintenant donner du temps aux équipes pour se préparer, pouvoir repenser les progressions et les programmations dans le cadre des cycles, imaginer la rentrée des élèves qui changent d’école ou qui y entrent pour la première fois, inventer des organisations différentes et créer des protocoles selon le niveau d’activité du virus…

Mais c’était sans compter sur la gestion calamiteuse du Directeur Académique dans le Loiret. La rentrée dans les écoles du Loiret en danger !

Incapable de fixer un cap clair, de définir un calendrier administratif cohérent, les équipes enseignantes du Loiret sont aujourd’hui dans l’impasse !

Les mesures d’ouvertures et fermetures de classe qui auraient pu être ajustées début juin, ne l’ont été que le 24 juin dernier. Ce calendrier a pour conséquence le report des mutations internes au département, des enseignant-e-s, du primaire. Les résultats initialement prévus déjà tardivement le 26 juin, sont reportés à une date ultérieure peut-être même pendant les vacances scolaires.

Donc à 1 semaine des vacances scolaires, impossible de préparer la rentrée dans toutes les écoles du Loiret.

Les enseignant-e-s qui se sont invertis sans compter leur temps durant ces 3 mois de crise, auraient bien mérités de pouvoir bénéficier de leurs vacances sereinement. Mais comment être serein, sans connaître son école, la composition de l’équipe enseignante, le niveau de sa classe, le profil de ses élèves, ni les protocoles à appliquer à la rentrée ?

Les enseignant-e-s ont répondu présent-e-s aux défis qu’il fallait relever durant cette crise, ils et elles auraient mérités reconnaissance et remerciements mais ils ne reçoivent que mépris et déconsidération. Et l’épisode sur la loi concernant la direction d’école voté en première lecture ce mercredi 24 juin n’en est qu’un exemple supplémentaire, en rajoutant de l’huile sur le feu.

À Orléans, le vendredi 26 juin 2020

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 19