Retour accueil

Vous êtes actuellement : FSU  / Actions 


fontsizeup fontsizedown

Des moyens pour la Santé publique : On continue !

jeudi 25 juin 2020

Après le succès important des manifestations du 16 juin pour la défense de la santé publique et de l’action sociale avec plusieurs milliers de manifestants dans toute la France, 2000 à Orléans, 300 à Montargis, 100 à Pithiviers les organisations syndicales appellent à la poursuite de la mobilisation le 30 juin prochain.

Rendez-vous devant L’Hôpital Orléans la Source 10h30

Communiqué intersyndical du Loiret : PNG - 23.6 ko

Du BALCON A L’ACTION COLLECTIVE !

30 JUIN NOUVELLE MANIFESTATION ET GREVE INTERPROFESSIONNELLES

Rendez-vous devant L’Hôpital Orléans la Source 10h30

EXIGEONS Ensemble des moyens pour la Santé publique

Après le succès important des manifestations du 16 juin pour la défense de la santé publique et de l’action sociale avec plusieurs milliers de manifestants dans toute la France, 2000 à Orléans, 300 à Montargis, 100 à Pithiviers les organisations syndicales appellent à la poursuite de la mobilisation le 30 juin prochain.

La situation catastrophique de l’Hôpital Public, mise en exergue durant la pandémie, symbolise non seulement les conséquences de la marchandisation de la Santé et également les multiples attaques et le démantèlement de tous les Services Publics organisés par les gouvernements successifs.

Macron poursuit cette même politique au service des riches : la gestion intolérable de la crise sanitaire qu’ont dû vivre les personnels, les salariés, les usagers et plus globalement la population, est bien révélatrice d’une crise économique de ce système capitaliste ou la santé est devenue une marchandise comme les autres. Ce système dicte ses choix en dehors des intérêts du monde du travail, de la jeunesse et des retraités, au profit d’une petite minorité.

Refusons cette logique, la santé est notre bien commun continuons l’action, la mobilisation avec les personnels de santé, du médicosocial, du social, des Ehpad, pour exiger des moyens conséquents pour de bonnes conditions de travail assurant ainsi un service public de qualité pour tous et toutes les usager-es et patient-es.

Ils et elles seront en grève aussi pour la reconnaissance de leurs métiers et une revalorisation salariale et professionnelle conséquente avec un dégel immédiat de la valeur du point d’indice.

Pendant plus d’un an, ils ont multiplié les actions pour alerter sur la situation de l’hôpital, des urgences, des déserts médicaux, de l’accueil des personnes âgées laissant craindre en cas de vague épidémique de véritables catastrophes sanitaires. Pendant tous ces mois, ils ont été méprisés, voire matraqués par le pouvoir en place. Les différents Ministres ont soit minimisé la crise à l’hôpital, soit affiché des promesses qu’ils n’ont pas tenues.

Plus jamais ça ! Avec le Coronavirus, les alertes répétées des personnels soignants sont devenues une réalité et l’engorgement des services de réanimation, le manque de lits en soin de suite pour des malades lourdement atteints, la nécessité de transférer des patient-es très malades en train à l’autre bout du pays, la fermeture des services jugés non urgents, la surmortalité enregistrée dans les maisons de retraite, l’absence de masques et de surblouses de protection en nombre, les internes et étudiant-es en santé réquisitionné-es travaillant souvent sans protection et pour un salaire de misère, etc., leur ont malheureusement donné raison.

Toute la politique de casse de l’hôpital et plus largement de la santé, de la sécurité sociale et de la protection des populations les plus fragiles, doit être abandonnée.

Cela a sauté aux yeux de la population, inquiète face à la pandémie. Des élans de solidarité populaires se sont noués avec eux, notamment tous les soirs à 20h00 au cours d’applaudissements soutenus dans tout le pays.

Il est temps de considérer prioritaire la réponse aux besoins de la population et d’engager au sortir de cette crise sanitaire un plan de programmation et de reconstruction de tout le système de soins comme de l’ensemble des services publics au service de l’intérêt général.

Déjà, le projet Ségur voulu par le gouvernement montre ses limites et ressemble à une nouvelle imposture débouchant sur des mesures confortant la politique libérale qui prévaut depuis des années.

Au contraire, les organisations syndicales et de jeunesse apportent leur soutien et invitent le plus grand nombre à participer aux nombreuses mobilisations déjà programmées le 30 juin et à toutes celles en cours nommées « les mardis de la colère ».

Agissons pour la revalorisation générale des salaires de tous les personnels, la reconnaissance de leurs qualifications, un plan de formation pluridisciplinaire et un plan de recrutement de personnels, la suppression de la sélection et la création de places dans les filières de santé, un renforcement des moyens financiers pour les établissements, une augmentation substantielle des budgets 2020 et 2021, l’arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits, la garantie de l’accès, de la proximité́ et de l’égalité́ de la prise en charge pour la population sur tout le territoire.

Le 30 juin tous et toutes mobilisé-es pour la santé et en soutien à l’ensemble des personnels de ce secteur.

Pour les collègues qui le souhaitent : un préavis de grève national est déposé.

Si vous souhaitez vous mettre en grève, il vous faudra envoyer par mail avant samedi 27 juin minuit à votre IEN votre déclaration d’intention de participer à la grève du 30 juin et prévenir les familles dès que possible.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 5