Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

MASQUE OU PAS : PRENDRE SOIN DE SA VOIX

mardi 13 octobre 2020

3 QUESTIONS À....

PNG - 138.1 ko Corinne Loie est chargée de prévention et orthophoniste à la MGEN. Elle fut tout d’abord artiste lyrique.

1. EN QUOI LA VOIX EST-ELLE UN INSTRUMENT DE TRAVAIL POUR LES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS ?

La voix est un outil essentiel qui permet de transmettre les savoirs, d’être entendu, compris, retenu, d’animer et de gérer la classe. Parler représente un tiers de l’activité professionnelle avec un million d’ouvertures et de fermetures des cordes vocales par jour. La voix est fatigable, il faut donc en prendre soin et ce dès le début de sa carrière. Sans cela peuvent apparaître fatigue ou forçage vocal, nodules, kystes, polypes, œdèmes... entravant l’enseignant dans sa pratique professionnelle.

2. COMMENT PRENDRE SOIN DE SA VOIX ?

Il est essentiel d’être attentif à sa santé ORL en consultant dès qu’un problème de voix, nez, gorge ou larynx survient. Il faut se couvrir l’hiver avec un foulard, avoir une bonne qualité de sommeil et une activité sportive afin évacuer stress et fatigue nerveuse comme le yoga ou la relaxation. Il faut aussi préparer sa voix chaque matin pendant 5 minutes. Tenir des sons sur des voyelles, respirer, s’étirer, bailler, déglutir, tirer la langue lentement, ouvrir et fermer la bouche, tourner la tête, masser ses épaules sa nuque son cou, bouger son dos, se déhancher, faire des bruits de mobylette... sont autant de petits exercices qui permettent de préparer le marathon vocal de l’enseignant.

3. LE PORT DU MASQUE QUELS RISQUES ? QUELS CONSEILS ?

Le risque le plus important est de forcer la voix, peuvent aussi apparaître maux de tête, toux ou irritations. Vue la situation sanitaire, pas question d’enlever le masque ! Il faut donc apprivoiser cette contrainte et la travailler. Faire les exercices chaque matin, se reposer, parler le moins possible, articuler et ralentir le débit, privilégier et augmenter la gestuelle, ne jamais hurler, utiliser des supports visuels, augmenter les expressions du haut du visage, avoir des déplacements signifiants, installer des rituels gestifs comme lorsqu’on dirige une chorale, faire parler les élèves. Il est aussi temps de faire entrer le micro dans les mœurs. Il ne s’agit pas de porter un micro tout le temps et toute la journée mais d’avoir des temps effectifs pour pouvoir reposer la voix.

Entretien issu du Fenêtres s/cours 1res classes du SNUipp-FSU d’octobre 2020

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1