Retour accueil

Vous êtes actuellement : Je suis...  / Enseignant·e en ASH 


fontsizeup fontsizedown

SEGPA : flou artistique depuis la réforme du collège

Circulaire 2015 et 6e inclusive

lundi 12 octobre 2020

La mise en oeuvre de la circulaire de 2015 sur les SEGPA, et notamment le dispositif de la 6e inclusive, n’est pas satisfaisante. Il faut faire un bilan, et vite !

A l’heure de cette rentrée 2020 - 2021, et au lendemain du bilan de rentrée effectué lors du CTSD 2nd degré (comité technique spécial départemental), la situation des SEGPA dans l’Education Nationale, et particulièrement dans le Loiret, suscite des interrogations.

De l’application des textes de 2015 : un accompagnement des équipes questionnable ?

Pour rappel, la réforme des cycles d’enseignement a repoussé - officiellement - l’action des SEGPA d’un an, étant donné son rattachement au cycle 4 ; et c’est la si vénérée 6e inclusive qui fit son apparition, au soi-disant bénéfice de l’école inclusive…

Pour autant les orientations se font encore et toujours majoritairement à partir de l’année de CM2 pour les élèves.

Position du Snuipp : Le Snuipp est favorable à cette détection précoce des difficultés scolaires chez les élèves, afin de les accompagner au mieux dès l’entrée au collège.

Néanmoins, la politique dite de l’école inclusive tant défendue par M. Blanquer n’est pas claire. Il nous demande d’appliquer les textes en favorisant l’inclusion dès la 6e, alors qu’en CTSD, l’administration nous présente des DHG* SEGPA comportant encore des divisions dédiées à l’accueil des élèves pré-orientés en SEGPA.

Flou artistique sur l’application des textes pour baisser les moyens d’accompagnement et d’enseignement.

Le souci de l’inclusion demeure aujourd’hui dans son application. Inclure oui, mais pas n’importe comment. Certaines SEGPA du département se voient retirer des moyens d’enseignement : la politique du gouvernement ne déroge pas à son principe de rationalisation des moyens... Moins de classes, moins de profs.

Or, l’inclusion ne se fait pas en claquant des doigts ! Inclure, c’est une transformation du métier : ça se prépare, cela demande des temps de concertation, du travail supplémentaire pour les enseignants spécialisés de SEGPA, alors qu’ils ont encore à charge la préparation de leurs cours sur les autres niveaux.

Le co-enseignement se révèle être une véritable plus-value pour accompagner les élèves de SEGPA et les collègues les accueillant. Cela permet en plus de faire bénéficier tous les élèves de l’expertise des PE spécialisés d’une part, et des connaissances pointues des collègues du 2nd degré d’autre part. Mais encore encore une fois : cela se prépare et demande du temps que les enseignants n’ont pas aujourd’hui.

Enfin, les disparités territoriales d’application de la circulaire de 2015 sont inacceptables dans un souci d’équité pour la réussite de tous les élèves ciblés par ces structures.

Pendant que certaines SEGPA se sont lancées rapidement dans l’inclusion intégrale des élèves de 6e (avant d’en revenir…), d’autres n’ont pas enclenché le processus d’inclusion des 6e : peut-être à raison, tant les directives et les moyens qui nous sont alloués sont dérisoires face à l’enjeu essentiel que constitue la grande difficulté scolaire...

P.-S.

* DHG : dotation horaire globale proposant la répartition des moyens d’enseignement dans les établissements du 2nd degré.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 3