Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Le 15 décembre, pour l’Ecole Publique : retrait du projet d’évaluation des enseignants !

mardi 13 décembre 2011

Rejoignez-nous, nombreux, dans les manifestations à 10h30 à Orléans (devant l’IA) et à Montargis (place du Pâtis) pour le retrait du projet qui, dans un contexte de poursuite de suppressions de postes, met le feu aux poudres !

PDF - 139.3 ko
Communiqué national commun

Aujourd’hui, les motifs de contentieux sont multiples :

  • Projet de suppressions de postes au budget 2012 qui vise entre autre les postes RASED, de remplaçants, de conseillers pédagogiques, mais aussi la scolarisation maternelle ; Une purge qui se fait toujours sur le dos des élèves les plus fragiles.
  • Salaires attaqués comme le confirment les comparaisons internationales.
  • Conditions d’exercice du métier dégradées.
  • pilotage du système par les résultats aux évaluations et par les données entrées sur Génésis dans notre département
  • Et maintenant, le projet de réforme de l’évaluation des enseignants, ci-dessous, qui s’attaque entre autre au pouvoir d’achat des enseignants et induit la mise en place d’une nouvelle politique de gestion des personnels.
    PDF - 997.6 ko
    Projet évaluation enseignants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

15 décembre : une étape dans les mobilisations pour l’Ecole

Les actions contre le projet de réforme de l’évaluation des enseignants connaîtront une nouvelle étape le 15 décembre prochain lors de la journée de grève à l’appel de la très grande majorité des syndicats enseignants, soutenus par les syndicats d’inspecteurs SNPI-FSU et SIA. Dans le primaire, la mobilisation sera réelle mais inégale d’une école à l’autre : un peu plus de 21 % des enseignants seront en grève (plus de 30% dans le Loiret !!). Le SNUipp-FSU invite aussi les enseignants à évaluer la politique du ministre Luc Chatel en adressant au président de la République la carte « politique à haut risque pour l’école ».

Ces initiatives doivent permettre de maintenir la pression sur le ministère peu enclin à entamer un réel processus de négociation sur un dossier difficile mais nécessaire.

Pour l’heure, les actions intersyndicales ont marqué des points. A ce jour, la pétition unitaire a recueilli près de 62 000 signatures et le ministère a renoncé au gel des promotions pour 2013 et 2014. Pour autant, de nombreux sujets de désaccords persistent. Lancé à la hussarde, le projet prévoit toujours un ralentissement des carrières, l’absence de transparence dans les promotions et une accentuation du poids hiérarchique. Le travail en équipe va être mis à mal.

Pour faire réussir les élèves, les enseignants ont besoin de sérénité et d’accompagnement alors que leurs conditions d’exercice du métier se dégradent du fait notamment des suppressions de postes. Leur évaluation doit intégrer les dimensions de conseil, de formation et de reconnaissance. De plus, elle ne doit pas favoriser l’arbitraire et les inégalités dans le déroulement de carrière. Le ministre doit retirer ses projets. Le SNUipp-FSU demande que ce dossier soit traité avec sérieux. Un réel processus de discussion doit être proposé sur de toutes autres bases.

La répartition académique des 5700 suppressions de postes va être connue en fin de semaine. Ce sera à nouveau un mauvais coup porté à l’école. Dès le mois de janvier, le SNUipp-FSU appelle à construire des mobilisations unitaires.

Paris, le 13 décembre 2011

P.-S.

Communiqué de presse du SNUipp-FSU national à la suite.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 4