Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité nationale 


fontsizeup fontsizedown

La formation spécialisée encore un peu plus en danger

mardi 9 février 2021

Phénomène déjà à l’oeuvre lors de sa dernière réforme (passage du CAP-ASH au CAPPEI), la formation des enseignant·es spécialisé·es est à nouveau la cible d’un démantèlement progressive sous couvert d’économies budgétaires.

JPEG - 3.5 ko En discussion depuis l’été, les décrets sur les modifications des modalités d’obtention du CAPPEI (Certificat d’Aptitude aux Pratiques Pédagogiques de l’Ecole Inclusive - postes spécialisés) sont publiés depuis la mi-décembre. Le SNUipp a oeuvré pour le maintien de certaines dispositions et maintient sa vigilance sur les potentielles transformations que présage ce « toilettage » de la certification.

Petit rappel historique : le volume horaire de formation en baisse continue

CAPSAIS (de 1987 à 2004) : une formation de 750 heures. De 2004 à 2017, bonjour CAPASH et 2CA-SH : 400 heures. Depuis 2017, CAPPEI : 300 heures.

Soit une baisse 60 %, rien que ça... Le Ministère avance la priorité « réussite de tous les les élèves » et notamment les élèves à besoins éducatifs particuliers, mais la rhétorique ministérielle se rapproche davantage du « faites ce que j’dis, pas ce que j’fais »...

En 2021, que se passe-t-il ?

L’administration avait déjà autorisé quelques dérogations au sujet des modalités de passation de la certification, en acceptant un aménagement d’épreuves aux professeurs de lycée professionnel ayant une expérience significative sur les postes en SEGPA / EREA : 1 seule épreuve au lieu de 3.

Désormais, la VAE (Validation des Acquis par l’Expérience) apparait.

  • Tout enseignant·e justifiant 5 années d’expérience dont 3 sur un poste relevant de l’enseignement spécialisé pourra y prétendre.
  • les modalités d’obtention sont les suivantes :

> Constitution d’un dossier de candidature

> Présentation dudit dossier pendant 15 minutes, suivie d’un entretien de 45 minutes avec le jury.

Finalités : plus d’évaluation concrète des pratiques pédagogiques, et absence totale de formation - exceptées les 100 heures via les MIN (Modules d’Initiative Nationale), pour lesquelles le SNUipp a bataillé !

Alors que les listes d’attente s’allongent, en ULIS notamment, la politique actuelle est à la réduction des moyens de formation pour accompagner qualitativement les élèves à besoins éducatifs particuliers.

A cela s’ajoute la fin de la représentation des personnels dans les CAPD décidant les départs en formation CAPPEI « classique ».

Pour le SNUipp-FSU, ces décrets portent le risque d’une diminution des départs en formation, voire d’une suppression des formations et ouvriraient ainsi la voie à une dévalorisation de la formation. Ce qui permettra au MEN de ne pas tenir les engagements actés en 2017. Nous avons très clairement exprimé le risque de voir l’accès au CAPPEI via la VAE devenir la voie principale de certification.

C’est une attaque frontale et très forte de l’enseignement spécialisé, qui renforce les dynamiques d’externalisation du traitement de la difficulté scolaire et de sa médicalisation.

Le SNUipp-FSU portera lors des prochaines audiences les exigences d’une formation de qualité et veillera à maintenir le droit d’accès à la formation spécialisée en fonction des besoins du terrain. Il exigera les garanties d’un développement des départs en formations spécialisées avec une formation de qualité à 750 h.

P.-S.

D’autres modifications sont à souligner :

  • l’obtention sera désormais conditionnée à l’obtention d’une moyenne de 10 calculée sur l’ensemble des 3 épreuves (auparavant la note de 10 était requise pour chaque épreuve) ;
  • les durées de l’épreuve 3 « Action en tant que personne-ressource » sont inversées : 10 min de présentation et 20 min d’échanges avec le jury.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 23