Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité nationale 


fontsizeup fontsizedown

Action AESH du 8 avril : compte rendu audience DSDEN

dimanche 25 avril 2021

Suite à l’action autour des AESH et des PIAL du 8 avril, la FSU 45, reçue en audience, avec l’intersyndicale, par la DSDEN publie son compte rendu. Merci de nous faire remonter les situations, notamment concernant les salaires, qui n’auraient pas encore été réglées. La FSU appelle à poursuivre l’action avec les personnels.

A l’appel de l’intersyndicale (CGT Educ’action, FNEC FP FO, FSU, SNALC et Sud education) l’action autour des AESH et des PIAL a donné lieu à une audience de plus d’une heure avec des responsables de la DSDEN.

Ci dessous le compte rendu.

La FSU appelle à poursuivre l’action avec les personnels.

Communiqué intersyndical national post 8 avril PDF - 176.2 ko

Audience AESH 8 avril

Présent-e-s FSU, Sud Education, FNEC FO et SNALC (CGT s’étant abstenu d’y participer voir ci dessous l’explication)

Les 4 organisations syndicales reçues, au lieu des 5 appelant eu égards aux « consignes sanitaires » (pas plus de 6 dans une salle quelle qu’elle soit...) ont dénoncé cette incongruité alors que 30 à 35 élèves dans une même classe ne posait pas de problèmes dans certains lycées notamment. L’administration était représentée par la SG ainsi que l’IEN ASH 1.

Cette audience, demandée au nom de l’intersyndicale par la FSU, consistait à questionner sur plusieurs sujets.

1. le nombre d’AESH 1er et 2nd degré, leurs salaires, quotités de travail, le nombre d’élèves de chacun·e à charge et le nombre d’élèves total avec une notification nécessitant une AESH

2. les PIAL : nombre, fonctionnement, gestion, nombre d’AESH et répartition dans chaque PIAL

1. Salaires  : la FSU et l’intersyndicale ont dénoncé déjà la précarité du statut et l’indécence de leur salaire. La SG est revenu tout d’avoir sur le problème des salaires de janvier notamment avec le changement de logiciel dans le Loiret qui concernait une partie des AESH (le « hors titre 2 » soit les nouveaux contrats) mais la plus conséquente. Il semble, à ce jour, que la situation soit régularisée pour la totalité en ce qui concerne le traitement de base (nous faire remonter les situations qui ne le seraient pas) mais pas encore en ce qui concerne toutes les indemnités (et notamment le SFT : Supplément Familial de Traitement). Faites-nous part des difficultés qu’il reste.

En ce qui concerne, le nombre d’élèves suivi·e·s :

  • 1042 notifié·e·s à la MDA (ex MDPH) pour 1 accompagnement et 1030 réellement accompagné·e·s (soit 98, 85%). 12 élèves donc non accompagné·e·s par manque de candidat·e·s AESH au recrutement.
  • parmi ces notifications, 400 jeunes sont en attente de prise en charge dans un Etablissement Medico Spécialisé (EMS) dont 168 en ULIs faute de place dans ces établissements et autant en liste d’attente…. Autant d’élèves (plus d’un tiers des « notifié·e·s !) qui sont « inclus » par défaut dans une classe dite « ordinaire » les mettant, bien souvent, en souffrance et celles et ceux qui l’entourent, professionnel·le·s comme élèves, en grosse difficulté avec et encore plus sans accompagnement.

Au final,

  • dans le 1er degré 764 élèves notifiés accompagnés par 446 AESH
  • dans le 2nd degré, 278 accompagnés par 225 AESH

558 AESH en CDD et 117 en CDI

A propos du temps d’encadrement par les AESH , selon les textes :

  • AESHi (individuel : un seul élève suivi dans une classe) : quotité d’accompagnement doit être notifié par la MDA
  • AESHm (mutualisé : plusieurs élèves dans une même classe) : pas de quotité horaire définie. Le Loiret a défini minimum de moitié (soit 12h d’encadrement)

54 % sont des AESHm et 46 des AESH i 75 % sont rémunérés sur 24h hebdomadaire, 20 % au delà des 24h et 3 % en dessous.

Concernant les PIAL au nombre de 24 (1 par secteur de collège environ). Le principe : AESH plus affecté sur un établissement mais sur un territoire. Plus de souplesse…..selon l’administration

L’intersyndicale a fait remarqué que cette « souplesse » était dangereuse et a rappelé ses revendications :

• Engager une revalorisation des salaires et la possibilité de temps complet pour permettre aux AESH de vivre dignement de leur travail.

• Abandonner les PIAL et la politique de mutualisation des moyens.

• Créer un véritable statut de la Fonction Publique pour reconnaître le métier d’AESH.

• Recruter massivement des AESH pour permettre aux élèves ayant des notifications d’être accompagnés à hauteur des besoins.

Le gouvernement doit dès maintenant apporter des réponses à ces revendications légitimes afin de reconnaître véritablement les missions des AESH et d’accorder les moyens nécessaires à l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Nos organisations appellent les personnels à se réunir dès la rentrée afin de discuter des moyens d’action pour faire aboutir ces revendications.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 13