Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Compte rendu du Conseil Départemental de Formation du 2 octobre 2012

jeudi 18 octobre 2012

Le CDF (Conseil Départemental de Formation) est une instance consultative sur la formation initiale et continue dans le département. Autrefois, il était aussi consulté sur le budget mais depuis 2 ans au moins, c’est l’omerta... Le SNUipp réitèrera la demande de présentation du budget de la formation en déclin depuis trop longtemps. Voici le compte rendu du dernier en date.

Toutes les interventions syndicales que vous pourrez lire à la suite sont à mettre au crédit du seul SNUipp-FSU 45. Les autres organisations étant restées étrangement muettes pendant toutes les questions concernant PEs, T1, T2, M1 et M2.

« Formation » des PEs

L’Administration nous a présenté le document « formation des PEs » (version du 17 septembre).

Le SNUipp est intervenu en indiquant qu’il semblait que tous les Pes n’aient pas eu cette nouvelle version (après la plaquette distribuée lors de la journée d’accueil du 27 août).

L’IENA(Inspectrice de l’Education nationale Adjointe) Mme Toupé, et ses services, nous ont alors répondu qu’elle était disponible sur la plateforme « moodle » et qu’il fallait, pour y accéder, disposer de son adresse professionnelle. Si on ne la connaissait pas, il fallait se connecter sur l’espace « SOS identifiant » :https://bv.ac-orleans-tours.fr/sosidentifiant/index.php de l’Académie Orléans-Tours.

Le SNUipp, conscient des problèmes de connexion que pouvaient rencontrer les PEs déjà surchargés de travail et indiquant que certains n’avaient pas été informés par leur IEN puisqu’en surnombre ou nommés tardivement, a demandé que tous les PEs soient informés, via leur IEN de circonscription, de ce nouveau document afin de leur faciliter la tâche suffisamment ardue.

L’IENA a répondu qu’il n’était pas question d’envoyer ce document à chaque PEs. Le directeur de l’IUFM ajoutant que tout était indiqué dans la plaquette de rentrée. Sauf qu’entre la version du 27 août et celle du 17 septembre, de nombreuses précisions se sont ajoutées !!! On voit bien là toute l’aide et la considération de l’Administration envers ses stagiaires qu’elle a déclaré, pourtant, être un « bien » pour le département. Un « bien » servant juste de variable d’ajustement pour combler les manques d’enseignants dans le Loiret ?

Le SNUipp réitérera cette demande et continuera de faire part des remontées des stagiaires auprès du DASEN (Directeur Académique des Services de l’Education Nationale, ex IA) lors de la CAPD « plan de formation » du 13 novembre prochain en espérant être entendu et avec, cette fois-ci, le soutien des autres organisations syndicales complètement muettes sur ce sujet. En attendant, grâce à une de nos militantes nous avons pu récupérer ce programme de « formation » puisqu’un IEN bienveillant en a informé les écoles de sa circonscription : le voici ci-dessous

PDF - 166 ko
Programme formation PEs Loiret

D’autre part, il y aura bien un stage groupé de 5 jours à l’IUFM pour les 100 PEs répartis en 3 groupes :

1er groupe : du 3 au 7 décembre 2012.

2e groupe : du 10 au 14 décembre

3e groupe : du 17 au 21 décembre.

La composition des groupes n’ayant pas été précisée.

L’IENA a précisé ensuite la composition de l’équipe de suivi chacune chapeautée par 1 IEN ( 1 CPC, 1 PEMF d’accueil du même niveau de classe occupée par le stagiaire, 1 Tuteur (maitre formateur ou directeur d’école d’application), 1 ou 2 PIUFM) indiquant que le « nœud du problème » était le cheminement du bulletin de visite. Elle a indiqué la marche à suivre :

1. respect des 4 jours ouvrés du formateur vers le PEs en priorité qui renvoie après lecture

2. copie à l’IEN de circonscription

3. copie à l’IUFM

Pour le SNUipp, le « nœud » ou plutôt « les nœuds » se situent bien ailleurs et il a fait part de toutes les remontées qu’il a eues de la part des stagiaires.

Pour certains, la journée de « décharge » est jugée peu ou pas « formatrice », constructive. Certains devant refaire une préparation de séance, en plus de leur classe, pour prendre la classe du maître formateur durant un temps. Ils disent avoir besoin d’un peu de recul, de souffler et d’observer plus que de pratiquer ce qu’ils font 3 jours sur 4 sans aucune formation préalable. De plus, certains ressentent les visites « conseil » comme des « inspections » manquant de temps pour en parler et de « billes » concrètes pour mettre en application.

Le SNUipp demande à ce que les journées de « décharge » des PEs correspondent quasi uniquement à de l’observation et un long entretien avec le maître d’accueil.

Pas de connaissance de l’équipe de suivi et d’une inspection en mai-juin alors que d’autres stagiaires, notamment des circonscriptions de Montargis, disent n’avoir reçu aucune visite de maître d’accueil depuis la rentrée devant, de plus, se rendre dans une circonscription aux antipodes de celle où ils exercent pour aller voir leur maître d’accueil. Que dans ces conditions, la formation en circonscription s’avérait inutile et inefficace puisque pas d’éléments de comparaison pour analyser ses manques rendant les élèves « cobayes », « otages » de leur formation. Appréciation relayée par le SNUipp depuis la mise en place de la réforme de la formation des enseignants.

L’IENA se dit « consciente de la fatigue et de la surcharge de travail » de ces stagiaires et qu’elle assume l’entière responsabilité de la lente mise en place de l’équipe de suivi mais qu’ à sa connaissance tous les PEs ont été visités au moins une fois, qu’ils ont été informés en circonscription de leur inspection (oubliant que certains ont été nommés tardivement et n’ont pou assister à cette information en circonscription) remettant en cause, comme à son habitude, la parole du SNUipp qui porte celle des stagiaires. Elle a précisé que l’interlocuteur administratif demeurait l’IEN et le tuteur pour la formation. Elle a ensuite rappelé les difficultés pour trouver un maître d’accueil du même niveau de classe que le PEs, (puisque c’est le choix, tout à fait recevable, qu’a fait l’administration pour aider, au mieux, les PEs dans leur niveau de classe cette année), et dans la même circonscription, en donnant en exemple la liste suivante : 3 formateurs en CE1 pour 13 PEs ; 3 également en CE2 pour 19 PEs ; 6 en CM2 pour 22 PEs ; 9 en Petite Section pour 2 PES

A ces remarques des PEs s’ajoutent :

• leur nomination tardive (faisant écho à ce que le SNUipp avait déjà dénoncé), 1 semaine avant la rentrée, de plus, pour plus des 2/3, éloignée de leur domicile perturbant très fortement l’organisation familiale, de recherche de logement dans l’urgence…

• besoin de plus d’une journée de pré rentrée auprès de leur école : ce qui rejoint les propositions du SNUipp de pouvoir faire ces journées avant la rentrée des élèves (sinon elles ne sont pas des journées de « pré rentrée » !!)

• une semaine d’accueil, sur la base du volontariat, peu concrète pour démarrer correctement la classe

Par ailleurs, le SNUipp a questionné l’IENA sur la décomposition des 108h (temps de services des enseignants hors heures d’enseignement) pour les stagiaires. Elles se décomposent ainsi :

• Pas d’aide personnalisée jusqu’en janvier, 32h à partir du 7 janvier.

• 18h de formation sous forme d’animation pédagogique

• 18h de parcours personnalisé sous forme de rencontre avec les formateurs, d’ateliers, d’animations.. (à repréciser si cela figure bien dans les 108h et pas en plus !! nous y veillerons )

• 24h de concertation entre maîtres, cycles, avec les parents et les RASED

• 6h de conseil d’école

• Reste une dizaine d’heures dont le contenu n’a pas été précisé

On le voit bien, les conditions de travail, tant du côté des PEs « jetés » dans l’arène sans suivi sérieux que du côté des formateurs obligés de suivre 2 PEs au minimum voire beaucoup plus selon le niveau de classe occupée (voir ci-dessus), sont catastrophiques et mettent en péril la formation et l’apprentissage des élèves.

Le SNUipp réfléchit à intervenir auprès du DASEN afin que ces situations ne perdurent plus bien que l’échéance de la fin de la décharge des PEs approche. Mais les visites des maîtres d’accueil, elles, vont continuer… Pour ce faire, le SNUipp proposera une rencontre rapide avec les PEs d’une part, et, d’autre part, avec les formateurs afin de recueillir leurs remarques, leur proposition pour atténuer ces conditions.

D’ores et déjà, le SNUipp demandera à ce que le PEs n’ayant pu bénéficier du nombre de visites avant les vacances de la toussaint puissent en bénéficier après pour être à égalité avec les autres ; d’autre part, il demandera que ces temps de visites et de décharges insuffisants puissent continuer pour tous après la toussaint mais dans d’autres conditions.

A propos des T1 et T2

31 T1 (dont 4 en ASH) : 54 h d’aide perso + stage de 5 jours (de formation initiale complémentaire statutaire) complets répartis en 3 groupes (avec T2 n’ayant pas reçus cette formation l’an dernier en T1 , environ 50 collègues sur 74) :

G1 ; du 12 au 19 novembre 2012

G2 : du 20 au 27 novembre 2012

G3 : du 7 au 14 janvier 2013

+ 3x 6h d’anim péda (dans les 108h) les 13, 20 décembre et 20 mars

+ parcours « personnalisé » en ASH, pratique accompagnée et tenue de classe

74 T2 (dont 19 en ASH) : (voir formation pour les 50 restants ci-dessus avec T1)

Et du côté des M1 et M2 ?

84 M1 à « placer « en stage d’observation filé depuis lundi 8 octobre

M2 : stage en responsabilité du 10 au 14 décembre (1 semaine) puis du 4 au 22 mars (3 semaines)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 11