Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Refondation de l’Ecole : précisions sur les discussions.

mardi 13 novembre 2012

Jeudi 25 octobre au matin, le SNUipp-FSU a rencontré le Ministre. Il s’agissait de faire le point sur les discussions de lundi et mardi avec les membres du cabinet où la délégation du SNU a porté avec pugnacité ses revendications, obligeant le ministère à nous recevoir une deuxième fois, là où les autres syndicats ont été reçus 2 heures. Aucun écrit n’a été jusqu’ici communiqué, les propositions restent orales.

Depuis lundi 22 octobre, nous exprimons notre désaccord avec les propositions du ministère qui se cantonnent à un maintien des heures de travail des enseignants dans le cadre des obligations réglementaires de service actuelles (972 h annuelles), dont 25 h 30 hebdomadaires devant les élèves.

Ce cadre ne permet pas d’améliorations des conditions et du temps de travail des enseignants, avec a contrario la contrainte supplémentaire du mercredi matin.

Le SNUipp-FSU a porté la nécessité que nos collègues puissent mesurer une amélioration concrète de leurs conditions d’exercice du métier et de vie personnelle par un raccourcissement effectif de leur journée de travail. Si cette journée de classe se termine aux alentours de 15 h 30 pour les élèves, elle doit se terminer à la même heure pour les enseignants.

La rencontre de ce matin s’est conclue avec une demande explicite de la part du SNUipp : ouvrir de façon urgente des discussions sérieuses sur la question des rythmes. La concertation avait mis à jour la nécessité de sortir de l’isolement dans l’exercice du métier et de reconnaître les temps de travail des équipes.

Nous demandons de façon officielle l’augmentation de notre temps de concertation et l’intégration dans notre temps de service de tout ce travail invisible effectué quotidiennement. Les 48 heures annuelles actuelles ne suffisent pas. Elles doivent passer à 3 heures hebdomadaires, intégrées dans le temps de service. Cela nécessite évidemment de faire baisser de façon significative le temps devant élèves. Il n’est pas possible d’en rester à 25 h 30 de prise en charge par semaine.

D’autre part, ces modifications d’organisation devront s’accompagner d’une revalorisation salariale (voir notre article « professeurs des écoles déclassés » sur ce site) à la hauteur de ce qui est demandé aux enseignants en venant travailler un jour de plus.

A titre de comparaison, les enseignants du second degré bénéficient d’une indemnité de suivi d’environ 1200 € annuels.

Le point sur l’actualité

Vous trouverez ci-dessous les dernières informations sur les discussions et dossiers en cours :

1/ Projet de loi d’orientation et de programmation

L’envoi du projet de loi initialement prévu fin octobre devrait nous parvenir désormais dans les 2 semaines à venir selon le MEN. Avant d’être rendu public, son contenu fera l’objet des dernières remarques des organisations syndicales (propositions d’amendements). Tout le calendrier va être repoussé. Il sera ensuite soumis au Conseil Économique et Social puis au CSE (Conseil Supérieur de l’Éducation) en décembre puis sera présenté au Conseil des Ministres avant la fin de l’année. Nous vous tiendrons informés.

2/ Rythmes

Les discussions vont reprendre lundi prochain avec le MEN, répondant à notre demande d’engager des discussions sérieuses sur de nouvelles bases (CP du 25 octobre). Elles vont se faire en multilatérale.

3/ Initiative intersyndicale

Sur ce sujet des rythmes, nous avons pris contact avec le SE-UNSA et le SGEN-CFDT pour une expression commune à l’adresse du ministère, au retour des congés scolaires. A suivre donc.

4/ Enquête SNUipp Harris et conférence de presse

Près de 24 000 enquêtes ont été retournées à l’institut Louis Harris. Le traitement des enquêtes est en cours de finalisation. Nous organisons une conférence de presse mardi matin pour rendre compte des résultats. A noter que ce sera la première expression publique de la parole enseignante dans le débat sur l’avenir de l’école. Nous vous communiquerons les analyses dès que nous les aurons.

Dernière minute : Peillon abandonne le scénario 25h30

Paris, le 13 novembre 2012

Rythmes : tout reste à faire

Le courrier commun SNUipp-FSU, SE-UNSA et SGEN-CFDT envoyé hier (en PJ) vient de faire bouger une ligne. Hier, à l’occasion des discussions en multilatérale sur la loi d’orientation, le ministre a répondu favorablement à notre demande d’une table ronde entre collectivités locales, syndicats enseignants et fédération de parents. Il a également annoncé qu’il abandonnait le scénario de 25 heures et demi de charge d’enseignement présenté avant les vacances que nous jugions inacceptable. Il était temps. Le ministre a présenté une nouvelle entrée :

* 24 heures d’enseignement en classe entière + 3 heures ouvertes à discussion afin de les redéfinir entièrement.

Concernant les 24 heures, le ministre ouvre aussi la porte sur un 23 + 1 heure dont le contenu pédagogique de l’heure est soumis à discussion.

Pour le SNUipp-FSU, TOUT reste à faire. Nous n’avons, à ce jour, aucune garantie. La discussion doit aboutir à une amélioration des conditions de vie et d’apprentissage des élèves et de travail des enseignants.

• Nos obligations de service doivent être redéfinies. La charge d’enseignement actuellement de 25 heures et 40 minutes (24 heures + 60 heures d’aide personnalisée) ne convient pas. Elle doit baisser de manière significative . Toutes les dimensions du métier (temps de préparation, temps de concertation pour le travail en équipe et avec les partenaires, temps de rencontres avec les parents et les partenaires) doivent être reconnues. Les mercredis après-midi doivent être tous libérés.

• Une compensation financière significative est indispensable. Cela nécessite aussi une revalorisation des salaires et une amélioration de leur carrière. C’est une question de justice pour les salaires et la carrière des PE.

• Les dimensions pédagogiques du dossier doivent être traitées : redéfinition des dispositifs d’aide aux élèves et donc l’aide personnalisée actuelle doit être abandonnée, révision des programmes et des dispositifs d’évaluation des élèves, confiance envers les équipes enseignantes qui doivent être libérées des injonctions et tâches inutiles.

• Les activités péri-éducatives doivent être proposées à tous les enfants de toutes les écoles. L’Etat doit garantir l’égalité dans l’offre éducative après la classe.

Nous restons vigilants. Nous vous tiendrons informés des évolutions. Pour la loi, nous attendons encore des éléments stabilisés.

Le Secrétariat Général

PDF - 161 ko
Courrier commun rythmes

P.-S.

Dernière minute : Peillon abandonne le scénario 25h30 en bas de page

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 2