Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Réponse du DASEN suite à notre lettre sur les RASED

lundi 28 janvier 2013

Suite à notre courrier du 26 novembre 2012 au sujet des RASED(cf le courrier) adressé à M. Toupry (Directeur Académique des Services de l’Education Nationale du Loiret), celui-ci nous a répondu (cf le courrier).

Word - 27.5 ko
Lettre au DASEN sur les rased
Word - 491 ko
La lettre de réponse du DASEN

Ce que nous pouvons en dire : M. Toupry semble présenter comme un avantage le fait qu’un équilibre (dans la suppression des postes Rased) a été respecté entre les différentes circonscriptions, il ne s’agit que d’une gestion de la pénurie , d’autre part le souci d’être au plus près des élèves en difficulté nous laisse perplexe car les déplacements de poste E ou G d’un endroit à un autre parfois très éloigné a entraîné des abandons d’élèves en difficulté, de leur famille et de leur enseignant sans compter tous les postes E ou G supprimés.

Synthèse SNUIPP45 sur les chiffres donnés dans la réponse du Dasen

Soit sur 2011 : 100 titulaires du CAPA-SH E ou G (dont 13 exercent sur poste d’une autre option et 20 sur poste non spécialisé soit 20% des titulaires E ou G) ainsi que 22 postes E ou G vacants

Sur 2012 : 96 titulaires du CAPA-SH E ou G (dont 13 exercent sur poste d’une autre option et 24 sur poste non spécialisé soit 25% des titulaires E ou G) .

Nous voyons que le pourcentage de collègues titulaires du CAPA-SH E ou G n’exerçant plus sur poste spécialisé passe de 20% en 2011 à 25 % en 2012 du total d’enseignants spécialisés E ou G.

En présentant les éléments analysés ci-dessus, le Dasen présente la baisse puis la suppression des départs en stage comme étant une conséquence du contexte et n’étant pas la raison principale du nombre de postes spécialisés vacants . Sur ces aspects, il faudrait connaître les éléments qui poussent de plus en plus de collègues spécialisés à ne plus exercer leurs fonctions au sein des rased, sans doute le climat institué dans l’Ecole depuis 2008 n’est-il pas étranger à cet état de fait notamment en ne mentionnant plus les rased dans les documents du ministère distribués aux familles (rentrée 2010 et 2011), en ayant dit à partir de 2009 que l’objectif était la suppression des rased (projet que les gouvernements Sarkosy ont dû cacher suite à la mobilisation générale [notamment 300 000 signatures de la pétition sauvons les rased et les nombreuses manif…).

Concernant l’avenir proche, le Dasen nous dit attendre entre autres la redéfinition des missions rased avant de prendre toute décision.

Nous ne pouvons que rappeler que le SNUIPP est fermement opposé à ce que les enseignants spécialisés des rased soient utilisés comme moyen pour servir la politique de plus de maîtres que de classes.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 6