Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Juin : le temps des fleurs... Non celui du LPC !

vendredi 14 juin 2013

La fin de l’année pour les enseignants rime souvent avec charge administrative, notamment pour les enseignants de CM2. Le livret personnel de compétences fait partie des outils qui alourdissent cette fin d’année.

Le FSU-SNUipp continue de s’opposer à la mise en place du Livret Personnel de Compétences.

En effet, celui-ci entérine l’école du socle commun que nous dénonçons. Sous prétexte de vouloir permettre aux élèves d’acquérir un minimum de fondamentaux, l’Etat renonce à une ambition pour tous et organise la sélection des élèves. Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre, inspirée et imposée par les libéraux européens, voyant ici l’occasion de permettre la formation d’ouvriers qualifiés à bas coût au travers de l’Union Européenne, en distinguant bons et mauvais élèves dès l’école primaire. Cela, nous ne l’acceptons pas ! Les programmes doivent être les mêmes pour tous à l’instar de notre exigence à faire réussir nos élèves, sans distinction.

Ce que nous n’acceptons pas non plus, c’est que l’administration méprise ainsi les évaluations opérées par les enseignants du premier et du second degrés tout au long de l’année. Chaque période ou chaque trimestre, vous remettez aux parents des bulletins leur permettant d’apprécier le travail et les progrès effectués par leur enfant sous votre enseignement. Qu’apporte de plus le LPC ?

Une surcharge de travail ! Voilà ce que nous apporte le LPC. Et ça aussi, il faut s’y opposer !

Certes, le LPC a été modifié (tout comme le socle commun) mais le compte n’y est pas et nous appelons les collègues à ne pas le remplir.

Pour ceux qui le souhaitent, nous mettons à votre disposition cette lettre pour expliquer votre choix.

Word - 24.5 ko
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0