Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  


fontsizeup fontsizedown

Conseil de formation du 21 janvier

Compte-rendu du SNUipp-FSU 45

vendredi 24 janvier 2014

Mardi 21 janvier janvier, s’est tenu le premier conseil de formation de l’année. Le SNUipp y était représenté par 2 délégués et une représentante des PES.

Bilan 2012-2013 :

Un bilan d’activités nous a été présenté. Il montre que la grande majorité des enseignants a reçu un certain nombre de journées de formation mais que la plupart de ces formations sont données sous forme d’animations pédagogiques. Cela confirme la diminution du nombre de départs en stage que nous déplorons depuis longtemps. [*L’aggravation prévue du taux d’encadrement et des possibilités de remplacement va certainement entraîner une poursuite de ce phénomène*] (cf. l’article du SNUipp concernant la carte scolaire).

Un bilan concernant les priorités nationales dressées par le Ministère nous a également était livré et fait état d’une grande proportion de formation visant à :

  • l’aide aux élèves en difficultés (28 %),
  • l’apprentissage en maternelle (14 %),
  • la maîtrise de la langue et la prévention de l’illettrisme (13 %),
  • l’enseignement des mathématiques et des sciences (12 %).

Concernant l’aide à l’entrée dans le métier, ont été détaillées les journées de formation proposées aux T1 et T2 (avec notamment des formations sur les ressources pédagogiques ou encore la relation école / famille). L’I.A rappelle que bien que celle-ci ne soit plus obligatoire, la formation spécifique des nouveaux titulaires se poursuit dans le Loiret.

Le bilan des inspections des T2 est globalement positif avec des enseignants dans leur majorité consciencieux. Mais quelques points sont à améliorer comme :

  • la gestion du temps et des cours doubles,
  • la place du langage oral au cycle 2 et au cycle 3,
  • la place des activités de mémorisation,
  • l’utilisation des évaluations... Difficultés que l’on peut retrouver tout au long de sa carrière d’ailleurs et qui nécessitent un temps de concertation et de formation continue. Les représentants de l’ESPE ont pris note de ces remarques et s’en serviront pour améliorer la formation initiale des enseignants. Concernant les difficultés des T2 en poste en ASH, il est important, d’après le bilan dressé par les IEN, d’intégrer cette particularité dans la formation aussi bien au niveau de l’ESPE que de l’AEM. Si les représentants de l’ESPE ont fait remarquer que le travail de sensibilisation à l’ASH se fait au travers de quelques modules qui y sont dédiés et dont on peut difficilement augmenter la quantité, il se fait surtout de façon transversale (cours de psychologie, aborder la difficulté scolaire...). [*L’IA proposera donc pour les nouveaux titulaires postés en ASH un stage d’adaptation au poste dès le début de l’année*].

Bilan début d’année 2013 :

Le nombre de contractuels admissibles dans le Loiret est de 78. Parmi eux, 29 sont déjà détenteurs d’un Master, 39 préparent le master et le concours au sein de l’ESPE, 10 autres le font en-dehors de l’ESPE. Une quinzaine d’étudiants ont refusé la contractualisation.

Un stage groupé est prévu du 11 au 21 mars 2014. Les oraux auront lieu le 7 avril, les épreuves d’EPS se dérouleront du 2 au 4 avril.

Concernant le tutorat de ces étudiants contractuels, le SNUipp a demandé comment les tuteurs avaient été désignés et s’ils avaient reçu une formation spécifique. Nous avons également demandé quelle était la visée formative de ce dispositif et rappelé que les textes prévoient que cela se fasse sur la base du volontariat. L’administration nous a répondu qu’il n’y avait pas eu de formation spécifique, si ce n’est un temps d’échange avec l’IEN de circonscription, que la majorité des tuteurs sont des directeurs mais qu’il y a aussi quelques MAT (Maîtres d’Accueil Temporaires) et que la plupart étaient satisfaits d’être rémunérés d’un travail dont ils auraient eu, quoiqu’il arrive la charge. Rappelons que les tuteurs touchent une prime de 300 € par an (soit environ 20 € net par mois si on étale sur l’année) pour faire ce que l’administration appelle du compagnonnage.

[*Le SNUipp a rappelé que la formation initiale souffrait du manque de maîtres formateurs, qu’on recrutement est urgent et que les tuteurs, non formés et sous-rémunérés, ne peuvent remplacer l’expertise des titulaires du CAFIPEMF. Nous avons aussi réclamer un temps de décharge plus conséquent pour eux.*]

Emploi Avenir Professeur : ils sont désormais 70 dans le département. Ils étaient 19 l’an passé ; 10 d’entre eux sont admissibles (pour rappel : « Les EAP, qu’est-ce que c’est ? ».

T1 et T2 : 95 T1 et 35 T2 ainsi que 2 enseignants du second degré détachés officient dans notre département. Ils sont majoritairement répartis dans les circonscriptions de Montargis Est, Montargis Ouest et Pithiviers.

PES : ils étaient 119 en début d’année mais plus que 111 du fait de la titularisations de plusieurs collègues qui étaient en prolongement de scolarité.

Un stage a été organisé au mois de novembre. Les Professeurs des Ecoles Stagiaires étaient remplacés sur 2 x 3 jours (mardi, jeudi et vendredi) par des Masters 2 (qui restaient sur leur fraction de décharge le lundi). Le SNUipp a, à ce sujet, fait remonter l’impression des étudiants et des stagiaires pour qui cette situation fut difficile à gérer (remplacement d’un enseignant en formation, peu de temps de communication...). [*L’ESPE nous a répondu qu’un temps avait été prévu pour permettre aux M2 de contacter et de s’entretenir avec les PES. Il aurait été judicieux, selon nous, qu’un temps soit également prévu pour les PES...*] L’ESPE nous a expliqué ne pas avoir d’autres choix que ce remplacement par les M2, auquel cas cela aurait impacté la formation continue de tous les enseignants titulaires. [*Le SNUipp a fait remarquer qu’on en revenait toujours à la question des moyens, cette fois-ci en remplaçants.*] Par contre, le fait de répartir les PES par cycle et de dédoubler les groupes a été agréablement perçu par l’ensemble des stagiaires et ont pu ainsi échangé sur leur situation. L’ESPE s’est le héraut des remarques des PES :

  • stages adaptés,
  • redondance par rapport à la formation intiale,
  • stages au plus proche des pratiques,
  • sentiment de survol,
  • réactivation utile des notions didactiques,
  • qualité des apports didactiques et bibliographiques... Un bilan donc assez positif de ce stage mais qui ne permet pas un rattrapage du manque de formation initiale reçue par cette génération d’enseignants. Pour rappel, voici les propositions du SNUipp45 sur la formation.

Par ailleurs, la PES qui siège avec nous au CDF a demandé ce qu’il en était des spécifications CLES (Langues vivantes) et C2i2e (Informatique). Il a été rappelé que ce n’était pas le CLES qui était exigé mais le niveau et qu’il y avait possibilité de valider des équivalences. Pour l’I.A et l’ESPE, le texte instaurant les dispositifs de rattrapage n’a pas encore été édité, il leur est donc impossible de mettre en place une formation pour permettre l’acquisition de ces deux spécifications. Rappelons que les stagiaires non titulaires de celles-ci ont 3 ans pour les valider. Que se passe-t-il au bout de ces 3 ans si rien n’est fait ? Pour le C2i2e, l’université a semble-t-il mis en place un module. Les stagiaires qui n’auraient pas validé cette spécification peuvent se renseigner. [*Devant le flou de la situation, l’administration s’est engagée à faire le point avec les collègues dans cette situation.*]

Enfin, certains PES ont regretté que les PEMF qu’ils sont allés observer ne puissent venir observer à leur tour leur pratique. L’administration a expliqué qu’une diminution des visites avaient été précédemment demandée et qu’il est par conséquent difficile de le permettre. La réunion de l’équipe de suivi devrait permettre ce retour.

D’ici la fin de l’année

Un point a été fait, à la demande du SNUipp, sur les crédits accordés à la formation. Le budget alloué en 2012 était de 67.594 €. En 2013, il est passé à 80.828 €. [*Cette hausse s’explique par l’augmentation du nombre de PES.*]

6 stages de formation sont prévus en mars avec remplacement par des M2 contractuels.

Année 2014 - 2015 :

Il y aura deux types de PES :

  • session exceptionnelle 2014 : à temps plein sur le même modèle que les anciens PES.
  • session ordinaire 2014 : à mi-temps sur le terrain. Pour ces derniers, les écrits auront lieu les 29 et 30 avril, les oraux en juin. L’ESPE s’interroge sur la formation à prévoir tant les parcours sont différents. Certains stagiaires prépareront un MEEFA (Master 1er degré de l’enseignement), d’autres non et s’orienteront vers des Master « recherche », sans possibilité de pratique professionnelle. La question du financement se pose aussi.

Enfin, l’administration a présenté le dispositif Magistère qui gère les animations pédagogiques à distance. Veuillez cliquer ici pour vous rendre sur la page dédiée à ce dispositif. Vous êtes sceptiques ??? Nous aussi...

P.-S.

PDF - 42.2 ko
Lettre de S. Sihr à V. Peillon (2)
Lauréats concours 2014
PDF - 41.7 ko
Lettre de S. Sihr à V. Peillon (1)
M2 admissibles
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1