Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité   / Actualité départementale 


fontsizeup fontsizedown

Le SNUipp soutient les enseignants de l’école J. Mermoz

mercredi 12 novembre 2014

Les enseignants et les élèves sont victimes de la versatilité d’un élu qui reproche aux parents d’avoir fait preuve de solidarité.

Au-delà du cas de cette école, c’est la question du financement de l’école publique qui se pose.

2Communiqué du SNUipp-FSU452

[/Orléans, le 06/11/2014 /]

Liberté, égalité et… J’ai oublié. Voici la nouvelle version du triptyque de la Nation réinventé par l’adjoint au maire chargé des affaires scolaires d’Orléans, Florent Montillot.

En effet, en représailles à l’occupation de l’école J. Mermoz par les parents d’élèves en solidarité avec une famille expulsée de son logement, le conseiller municipal a pris la décision de ne pas livrer à l’école du matériel informatique qui lui était initialement destinée. F. Montillot a argué qu’il ne pouvait « expérimenter ce matériel dans une école où l’on peut rentrer comme dans un moulin ». Il faudrait donc désormais interdire l’accès de l’école aux parents, y compris en maternelle puisque l’école J. Mermoz est une école primaire. Surprenant pour un élu chargé de l’éducation dans le chef-lieu loirétain ! Les associations de parents d’élèves apprécieront…

Et les enseignants dans tout ça ? Mis en cause par la mairie pour une action légitime (et tout à leur honneur) menée par des parents d’élèves, ils subissent depuis plusieurs semaines une pression inacceptable de la part d’un élu peu imprégné des valeurs de notre république. Ils ne peuvent pas bénéficier d’outils qui leur sont dus et ainsi faire bénéficier aux élèves d’un enseignement des nouvelles technologies de meilleure qualité.

Le SNUipp-FSU45 déplore l’attitude puérile de l’élu orléanais et apporte son soutien aux collègues de cette école et plus généralement aux équipes en proie aux injonctions municipales. De plus en plus, partout dans le département et en France, les élus « payeurs » imposent leur vision de l’éducation et remettent en cause son caractère national. Il réclame que le matériel promis par la municipalité orléanaise soit livré et qu’une réflexion soit engagée nationalement sur le financement de l’école publique.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 30